vendredi 4 décembre 2020
Politique Bernard Loumagne : Un opposant pas comme les autres

[Portrait politic] Bernard Loumagne : Un opposant pas comme les autres

Volte-face. Ex-adjoint au maire de Blagnac Bernard Keller, Bernard Loumagne l’affronte aujourd’hui dans l’opposition. Accroc au sport, il vit la politique comme un art martial. 2020 en tête, il est prêt à rendre coup pour coup.

Dans le bureau de groupe politique ‘‘Pour les Blagnacais’’, à deux pas de la mairie, Bernard Loumagne me reçoit pour l’interview. A côté de lui, son chiwawa ‘‘Vanille’’ veille au grain,  au mur, une caricature de Bernard Keller… Le ton est donné. L’homme a décidé d’être le poil à gratter du maire en place. « J’ai passé trois mandats à ses côtés dont deux en tant que premier adjoint, donc je sais tout ! Et il est difficile de me faire avaler des couleuvres… » Lors de son dernier mandat, « j’ai commencé à me rendre compte que ça n’allait plus, que je n’étais plus en accord avec ce que le maire voulait faire de Blagnac.» Le quartier Andromède, le musée Aéroscopia, l’urbanisation rapide du centre-ville sont autant de points qui font bondir l’élu. « Bernard Keller est un homme intelligent mais il a évolué dans le mauvais sens. Il ne voit qu’Airbus, Airbus, Airbus, mais ça ne profite pas aux blagnacais ! » Il décide alors de « tenter le coup », soit de se présenter aux dernières élections municipales, face au maire sortant, avec une liste sans étiquette. « Il n’a pas manqué grand-chose ! » retient-il, « au premier tour, il fait 38 % et moi 32 ». Une brèche est peut-être ouverte dans l’ère Bernard Keller (qui avait réalisé 55% des voix au premier tour en 2008) et Bernard Loumagne est bien décidé à s’y engouffrer. Il œuvre aujourd’hui dans l’opposition avec un objectif en tête : le match retour en 2020.

« Il est difficile de me faire avaler des couleuvres »

L’homme est tombé dans la politique en jouant au tennis. L’ancien maire de Blagnac, Jacques Puig (PRG) avait l’habitude de taper la balle avec son premier adjoint Jacques Raynaud. « Ils jouaient tous les mardis soir », se souvient Bernard Loumagne qui était alors moniteur de tennis, « un jour, ils leur manquaient quelqu’un pour faire un double et j’ai joué avec eux. » Habillement, « je leur plaçais la balle au bon endroit pour qu’ils jouent bien », raconte-t-il, sourire espiègle aux lèvres. De revers en coups droits, il a sympathisé avec les deux élus. Il se retrouve sur la liste de Jacques Puig aux élections municipales de 1995, et devient conseiller municipal délégué aux sports. Déjà adhérent au PRG depuis une dizaine d’année, ce choix a été « naturel » pour lui car « il correspondait le plus à mes valeurs, un parti humaniste, de bons vivants, bien ancré Sud-Ouest. » Mais Bernard Loumagne a quitté le PRG il y’a trois ans « car je ne m’entendais plus avec Jean-Michel Baylet », précise-t-il sans s’étaler sur le sujet. Aujourd’hui sans étiquette, il reste un passionné de politique. En parallèle, cet ancien prof de maths n’a jamais lâché le milieu du sport : « J’ai toujours été engagé dans des associations sportives, que ce soit en tant que pratiquant ou membre du bureau », signale-t-il. Ce gersois d’origine s’est essayé à plusieurs disciplines : du rugby (au TOEC en junior, puis au Toulouse université club en 2eme division), au judo (a été le plus jeune judoka de France) en passant par le Tennis. « Maintenant, je joue à la pétanque et au golf. Le parcours classique ! » lance-t-il, « comme dit ma femme, le toit de la maison ne risque pas de me tomber sur la tête », plaisante-t-il. Le lot de « tous ceux qui sont impliqués dans la société », selon lui.

 

 

En 3 dates :

 

1985 : Adhésion au PRG

1995 : Elu conseiller municipal délégué à Blagnac

2014 : Tête de liste aux municipales à Blagnac

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport