dimanche 9 mai 2021

Contact

Politique Panique à bord au PRG

[Politique] Panique à bord au PRG

Traîtrise. La défaite de Jean-Michel Baylet aux dernières sénatoriales a jeté un froid dans les rangs du PRG, mais surtout dans les relations entre socialistes et radicaux…

« Les candidats radicaux ont été fusillés volontairement par des grands électeurs socialistes », a fustigé sur Europe 1 Jean-Michel Baylet, qui de colère envisage une sortie du gouvernement. Mardi dernier, il a rencontré François Hollande à ce sujet. Un bureau national s’est tenu mercredi soir et une réunion du bureau fédéral en Haute-Garonne, ce jeudi. En interne, les troupes parlementent, mais officiellement rien ne transparaît. Au niveau local, les cadres de la fédération se refusent à tout commentaire, que ce soit sur la défaite de Jean-Michel Baylet ou sur l’avenir du parti dans le gouvernement. « On est dans l’attente du positionnement du bureau national, durant lequel des décisions vont se prendre », nous a répondu, laconique, Christophe Delahaye, président du PRG 31.  Dans le Tarn-et-Garonne, le président des jeunes PRG n’a pas attendu les instructions pour exprimer clairement son avis sur les réseaux sociaux : « Il faut vraiment que le PRG quitte le gouvernement et devienne complètement autonome… », tweete-t-il. C’est également l’avis de Jean-Paul Bouche, qui a quitté le PRG après les élections municipales (il était sur la liste de Jean-Pierre Plancade à Toulouse, ndlr), car il regrettait l’alliance de son parti avec le PS : « Nous avons des philosophies différentes, le PS est une machine politique, une machine à gagner, ceux qui défendent un idéal ne sont pas nombreux. » Pas surpris du résultat de Jean-Michel Baylet, il estime que « la trahison était inévitable. Quand les socialistes ont vu l’occasion de prendre la main sur le Tarn-et-Garonne, ils ont mis la machine en route et là, il n’y a plus d’amis pour eux. » Pour lui, les choses sont claires : « Si les grands électeurs PS avaient joué le jeu, il aurait été réélu, c’est mathématique. » Aujourd’hui, quelles sont les conséquences de la défaite de Jean-Michel Baylet pour le parti ? « Le PRG ne tient pas que sur une personne, on a toujours un groupe à l’Assemblée nationale, des sénateurs, et trois ministres, même s’il est vrai que Jean-Michel Baylet incarne véritablement le parti », avance une source proche de la fédération 31, qui ne croit pas en la sortie du gouvernement : « On n’est pas des rats qui quittent le navire, on a signé pour 5 ans il faut rester. »

 

Articles en rapport

La plage de Narbonne sous surveillance

La saison estivale se prépare. À Narbonne, la plage commence à se remplir de plus en plus chaque week-end. Pour éviter un accident, la...

Ryanair met en place des vols Toulouse – Ibiza pour cet été

Ryanair fait un pari. Le pari que cet été les voyages seront possible entre les différents pays européens. C’est pourquoi des billets sont déjà...

Les Inspyrées, la cosmétique made in Occitanie

Des produits de beauté made in France, faits à la main, éco-conçus, sans plastique ni entourloupe dedans ? C’est la cosmétique saine et consciente...

Covid-19 : l’équipage du pétrolier Bergama à l’isolement à Port La Nouvelle

Douze cas de Covid-19 sur le navire Bergama. Une grande partie de l’équipage est à l’isolement sur le bateau à Port La Nouvelle. Tandis...

TFC – Caen : Toulouse s’impose et croit toujours en la montée

Le TFC s’est imposé 3-0 samedi soir face à Caen. Les buts de Dejaegere, Bayo et Ngoumou redonnent du souffle aux Violets. Toulouse peut...

Les moussaillons du Stade Toulousain échouent à Toulon

Le Stade Toulousain s’est incliné ce samedi soir 44-10 à Mayol. Une lourde défaite pour les jeunes du Stade Toulousain. Malgré cette déroute, Toulouse...

Éveiller les enfants aux grands enjeux contemporains

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img