mercredi 28 juillet 2021

Contact

Politique Aurélien Vitrac : il s'implique dans le combat municipal de Cintegabelle

[POLITIC PORTRAIT] Aurélien Vitrac : il s’implique dans le combat municipal de Cintegabelle

Doué. À seulement 19 ans, il est clairement l’un des espoirs de la gauche dans ce département. Il est même déjà élu à Cintegabelle et se lance avec panache dans la bataille départementale sous l’étiquette « Alternative citoyenne. »

Rendez-vous est pris dans une brasserie toulousaine, bien connue du milieu estudiantin. Aurélien est à l’heure, prêt à se livrer … Il y a d’ailleurs chez ce jeune homme une vraie dualité. Plutôt à l’aise dans le verbe, très vif sur le plan intellectuel, il a tout de même bien du mal à dissimuler des blessures de vie qui expliquent son engagement d’aujourd’hui. Dans la famille Vitrac (le père est ouvrier dans le BTP, la mère est informaticienne) on aime débattre et parler politique : « C’était toujours un grand moment quand petit j’allais voter avec mes parents. Ils n’ont jamais raté une élection … » Un mode de fonctionnement qui justifie sans doute cette volonté de s’impliquer chez Aurélien. Avec un double déclic : la campagne présidentielle d’Eva Joly (« La France n’a pas du tout compris ce qu’elle voulait dire … Ou ne voulait pas l’entendre ») et celui du combat récent pour le mariage pour tous : « J’ai la volonté de faire tomber tous les stéréotypes sur l’homosexualité. » En 2014, Aurélien décide de franchir un nouveau cap et de s’engager politiquement dans sa commune, lui qui était déjà adhérent d’EELV (« un parti qui n’a pas le culte du chef. ») Il part donc dans le combat municipal à Cintegabelle : « C’est Sébastien Vincini (adjoint au maire, ndlr) qui est venu me chercher … » Ironie du sort, Sébastien Vincini, est depuis devenu le patron du PS 31 … Or Aurélien, aujourd’hui candidat aux départementales sur le canton de Toulouse 1, s’oppose aux socialistes sur l’échiquier politique : « Ils sont à côté de la plaque ! » Pourtant il ne cache pas son amitié envers Sébastien Vincini, bien au contraire : « Si tous les socialistes étaient comme lui … Il est même la meilleure chose qui pouvait arriver aux socialistes », appuie-t-il. D’ailleurs Aurélien aime mettre en avant l’union de la gauche dans sa ville : « On a un maire (Jean-Louis Rémy, ndlr) qui a une personnalité très humble … Cintegabelle est un bon exemple d’une gauche plurielle qui peut fonctionner. » Pour la petite histoire, cet étudiant en droit est devenu conseiller municipal suite à une démission au sein de la majorité : « Je suis devenu un élu de la République un 1er avril. Mon entrée en politique est donc une grosse blague ! »

« Le FN : Une escroquerie politique ! »

L’autre combat qui est cher à ce jeune loup écologiste reste celui de la lutte engagée contre l’extrême-droite. Au sein même de sa propre famille, Aurélien avoue être confronté au vote FN. Son grand-père assume le choix Bleu Marine : « Cela m’aide à prendre du recul sur le sujet. Beaucoup d’électeurs se sentent complètement abandonnés, et je ne les juge pas. Mais j’en veux beaucoup à la tête du FN qui trompe les gens avec une démagogie confondante. Nous sommes dans l’escroquerie politique ! Dans l’abus de faiblesse … » Aujourd’hui il passe à la vitesse supérieure, et part en tandem avec une autre écologiste, Sophie Nicklaus, sur le canton Toulouse 1, avec une nouvelle étiquette « Alternative citoyenne » : « On a besoin d’air frais. Le PS haut-garonnais souffre d’avoir été trop hégémonique, et beaucoup de ses cadres actuels manquent d’humilité. Ils ne savent pas écouter les autres. Cette attitude est d’ailleurs dommage car tout le bilan de Pierre Izard n’est pas objectivement à mettre totalement à la poubelle … » L’épisode de Sivens aura d’ailleurs fini de conforter cet écologiste dans son choix de ne pas s’allier avec le PS : « Rendez-vous compte que le président du Conseil général du Tarn nous a tout de même balancé que « c’était bête de mourir pour ses idées ». C’est une insulte faite à tous ceux qui combattent pour un monde meilleur. » Il y a un brin d’utopie dans le discours d’Aurélien … Une vérité, la sienne, qu’il compte bien faire partager lors des prochaines élections départementales. Il baisse la tête et s’aperçoit avec malice qu’il n’a pas fini son café désormais froid. Normal, cela fait plus d’une heure qu’il nous parle … Un vrai passionné.

 

Travail : Comment mettre le sexisme au placard ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img