mardi 1 décembre 2020
Politique Alexandra Bernard : « Aimer les autres, c’est en moi »

[Politic portrait] Alexandra Bernard : « Aimer les autres, c’est en moi »

Dynamite. « Je remercie le gouvernement qui a instauré le principe des binômes pour les départementales », s’amuse Alexandra Bernard, candidate UMP sur le canton de Muret. De l’humour, du panache, du caractère et un parcours atypique porté par une cicatrice bien cachée.

 

Elle n’est pas toulousaine de naissance (Villefranche-sur-Saône), et a même vécu une partie de son enfance en Ardèche, « entre les chèvres et la crème de marron. » Pourtant aujourd’hui Alexandra est 100 % murétaine, « je vis, je mange et je dors Muret. » Elle est presque toujours avec le sourire aux lèvres, et avec un tempérament de battante qu’elle a bien du mal à dissimuler … Mais derrière ce masque au volontarisme affiché se cache aussi des fêlures qui apparaissent au fur et à mesure de nos échanges : « J’ai perdu ma maman à six mois », nous annonce t-elle avec une décontraction déconcertante. « Ce n’est pas grave en soi … », ajoute-t-elle. C’est dans cet événement qu’elle puise sans aucun doute cette envie de vivre permanente et cette énergie apparente : « J’ai depuis une force surhumaine qui ne s’explique pas. » Assise au sein de notre rédaction, elle conte alors l’enfance heureuse qu’elle a connue auprès de son père dentiste (installé dans le quartier des Sept-Deniers), de sa belle-mère institutrice (« C’est elle qui m’a élevée ») et de la fratrie (un grand-frère et une petite sœur.) Dans cette famille plutôt intellectuelle, Alexandra a fait un choix plutôt audacieux pour son orientation, celui d’un Bac pro puis d’un BTS Force de vente, « une voie de garage » entend-elle à l’époque. Mais la réussite sera finalement bien au rendez-vous avec une première expérience professionnelle vécue au sein de la régie publicitaire de Marie-Claire dirigée par Paul Nahon : « Il m’a formée et il a été mon protecteur. Il m’a tout appris dans ce métier. »

« La politique, c’est dans mes gênes »

Son talent et sa capacité à séduire ont vite été repérés dans le milieu, et en 2007, le Groupe Lagardère lui fait un pont d’or pour commercialiser le magazine Elle : « Une opportunité que je ne pouvais pas refuser. » Aujourd’hui, elle est directrice régionale de clientèle et commercialise de nombreux supports : Presse, web et radio. À Muret, en bords de Garonne, Alexandra est voisine d’Alain Barrès, ancien maire de la ville : « C’est lui qui est venu me chercher en septembre 2013, et qui a provoqué la rencontre avec Laurent Jammes, notre tête de liste aux municipales.» C’est ainsi qu’Alexandra entre en politique, elle qui est la nièce de Simone Lambert (résistante et figure des années Baudis au Capitole) : « C’était une femme dévouée. Je reste admirative de son parcours. » Une autre tante, Denise, était même maire d’une petite commune dans le Cantal : « La politique, c’est dans mes gênes. »  Ce qu’elle retient de cette première campagne municipale, c’est avant tout « les échanges avec la population, toujours constructifs. J’ai également appris toute l’organisation qu’il doit y avoir pour mener un tel combat politique. Mais il reste tout de même ce sentiment de gâchis d’une droite locale divisée qui a ainsi laissé la victoire lui échapper. » C’est ainsi que, forte de cette expérience, Laurent Jammes la pousse à entrer dans l’arène cette fois-ci sur son nom dans le cadre de l’échéance départementale : « Laurent a enterré la hache de guerre avec Alain Sottil afin d’unir l’opposition murétaine. Je suis donc fière de porter aujourd’hui cette recomposition … » Elle est donc en tandem avec Alain Sottil sur cette campagne départementale : « Tout se passe formidablement entre nous. Il a une expérience de dingue et il connaît tout le monde. » Le combat ainsi lancé sur le terrain politique, la vie d’Alexandra se doit donc d’être formidablement organisée entre job, famille et campagne : « J’ai la chance d’avoir un homme formidable à la maison, deux enfants qui me soutiennent, et une famille sur laquelle je peux toujours compter. » C’est donc l’esprit libre et tranquille que cette nouvelle venue dans le paysage politique souhaite créer la surprise en mars prochain.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport