Municipales Colomiers / François Dumas : «Je suis quelqu’un de libre dans mes paroles»

© DR
© DR

Retraité de 68 ans, François Dumas est tête de liste de la Gauche Rassemblée à la municipalité de Colomiers. Retour sur son parcours.

Au départ, rien ne prédestine François Dumas à la politique. Né après-guerre, ce Stéphanois de naissance vient d’un milieu « très modeste, très simple ». A l’époque, sa mère élève ses cinq enfants, son père, lui, est artisan menuisier : « Les choses n’étaient pas simples. Des fins de mois difficiles, et des soupes à l’eau, j’en ai connu » raconte-t-il avant d’ajouter, «Chez moi, il n’y avait pas la fibre politique. Je l’ai apprise beaucoup plus tard… A la maison, la politique était un gros mot. » Etudiant, François Dumas se décrit comme « un jeune comme tout le monde. »

« Je dois tout à l’école »

Au cœur de ce passé, il fait un aparté pour rendre un hommage majuscule à l’Ecole : « Je lui dois tout. À l’époque, c’était un véritable vecteur d’ascension sociale », mais « elle a cessé de l’être selon moi. C’est vraiment dommage » déplore-t-il. Après avoir obtenu son baccalauréat, il aurait pu embrasser une carrière journalistique « pour pouvoir communiquer et rendre compte de ce qui se passe dans la société » mais François Dumas est « doué en sport. » Il passe d’abord un concours au Centre de Formation de l’Ecole Normale Supérieure d’Education Physique de Saint-Etienne, mais c’est un échec. Alors au volant de sa « petite 2CV », il retente sa chance à Strasbourg. En parallèle, il fait la connaissance « d’une jeune Allemande », qui deviendra son épouse. C’est durant ses années universitaires qu’il commence à s’intéresser de près à la politique. François Dumas se syndique puis adhère au Parti Socialiste en 1977.

« J’ai un plaisir à écouter et fédérer les gens »

Puis ses nouvelles fonctions de responsable national du syndicat des professeurs d’éducation physique et sportive, l’amènent à Toulouse en 1980. François Dumas est d’une nature à diriger des troupes : « Quand j’avais 12 ans, j’étais chez les scouts, et j’ai un plaisir à écouter et fédérer les gens. Ca s’est toujours fait comme ça » se souvient-il. Par ailleurs, François Dumas devient président du club de basket de Colomiers de 1986 à 1993 : « J’ai suivi mes filles, les deux jouaient au basket. Et un jour René Piquemal (ancien dirigeant du club, ndlr) m’a dit : « Faut que tu colles au poste de Président, parce qu’on a confiance ». » A cette époque, il prend goût à son nouveau statut et son rôle de manager. A tel point qu’il commence à s’intéresser de près au collège Jean Jaurès à Colomiers dont il va rester six ans le directeur : « J’ai passé le concours de chef d’établissement parce que concrètement je voulais être au milieu des gosses et des professeurs. »

« Je suis un homme de principes »

Mais les vieux démons de la politique le rattrapent malgré lui. En 2001, François Dumas est élu adjoint au maire. Sa personnalité et son franc-parler font rapidement de lui une image connue du paysage politique local : « Je suis quelqu’un de libre dans mes paroles, c’est dans la fibre familiale » explique-t-il. Et c’est cette même liberté de ton qui continue à animer la tête de liste de la Gauche rassemblée : « En 2001, on avait parlé de mettre en place des Comités de Quartiers. Mais on ne l’a pas fait parce qu’on avait peur » regrette-t-il. Ainsi, François Dumas, en se portant candidat à la municipalité de Colomiers, veut apporter un nouveau souffle : « Les politiques doivent prendre leur place, mais pas toute la place. Ils doivent être avec la population, mais pas à la place de la population », et mettre fin aux paroles en l’air : « je suis un homme de principes, qui aime aller au bout des choses. »

Gilles Vidotto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.