Le baromètre des politiques en Haute-Garonne

Analyse Gérard Onesta
Gérard Onesta (candidat EELV aux régionales), une surprise du sondage

Sondage. A la veille de la campagne régionale, le JT vous révèle une enquête de la SOFRES réalisée par téléphone (du 26 au 28 mai dernier) auprès d’un échantillon de 600 haut-garonnais. Instructif au moment où chacun fourbit ses armes et compose sa future liste pour conquérir la nouvelle grande région.

 

La première question posée dans cette étude que nous nous sommes procurée est symptomatique du malaise actuel. De la défiance réelle qui existe désormais en les politiques et les électeurs. A la question, « Vous intéressez-vous aux élections régionales qui auront lieu en décembre prochain ? », 60 % des personnes interrogées ont répondu par la négative. Les candidats auront donc fort à faire pour intéresser les citoyens que nous sommes. Les enjeux sont pourtant considérables avec la fusion annoncée avec Languedoc-Roussillon et les nouvelles compétences qui devraient être attribuées aux régions.

La surprise Onesta

La SOFRES a ensuite testé la notoriété de diverses personnalités auprès des haut-garonnais. Parmi elles, plusieurs sont concernées par l’échéance régionale à venir. C’est Louis Aliot (FN) qui est le plus connu des têtes de liste pour le moment (44%), et ce n’est pas forcément une surprise pour notre politologue et universitaire Stéphane Baumont : « C’est triste à dire mais le véritable régional de l’étape c’est lui ! Il est sans doute celui qui est le mieux implanté sur les deux régions. Il est né en Ariège, a fait ses études à Toulouse (je l’ai même eu comme étudiant) et s’est implanté professionnellement à Perpignan … De plus il bénéficie d’une exposition politique nationale en tant que vice-président de son parti. Il est très présent médiatiquement. » La grande surprise vient de Gérard Onesta (EELV) bien installé en deuxième position (33%) : « Il a une parole forte, et un sens de la formule évident. Il score toujours à tous les scrutins ou il se présente. Durant la dernière mandature régionale il a joué brillamment une partition originale aux-côtés de Martin Malvy. Mi-opposant, mi-membre de la majorité … », nous explique le politologue. Carole Delga (PS), qui vient tout juste de quitter le gouvernement, pointe elle à la troisième place des présidentiables régionaux en termes de notoriété (24%) : « Je lui conseille, nous confie Stéphane Baumont, de ne quasiment plus faire campagne avec Martin Malvy. Car plus elle sera avec lui, plus on comparera sa notoriété à celle du président sortant. Il faut maintenant qu’elle existe par elle-même. » Si on analyse plus finement l’étude, on peut observer que l’ancienne secrétaire d’Etat enregistre son plus gros score dans sa circonscription du Comminges (66%.) Ce peloton des chefs de file pour les Régionales est refermé (15%) par Dominique Reynié (Républicains), le nouveau venu dans ce monde politique : « Nous pouvions prévoir de déficit de notoriété, car il n’est finalement connu que de certains cercles universitaires et autres aficionados d’émissions politiques télévisées. Je ne sais pas s’il aura le temps de rattraper le retard, même si son savoir-faire médiatique pourrait créer une surprise au final. Il a du pain sur la planche », conclut Stéphane Baumont. En Haute-Garonne, le maire de Balma Vincent Novès, qui est envisagé comme tête de liste départementale de la droite et du centre, enregistre même un meilleur score (18%.)

Le FN non populaire

Après avoir décortiqué la notoriété passons à la popularité. Des nuances apparaissent alors, notamment concernant Louis Aliot qui se retrouve avec 22% de mauvaise opinion. Le FN cristalliserait donc encore certaines peurs sur l’électorat haut-garonnais qui est sociologiquement fortement ancré à gauche, comme l’ont démontré les dernières élections départementales. En revanche, Gérard Onesta, Carole Delga et Dominique Reynié semblent bénéficier d’une bonne image (seulement 3% de mauvaises opinions chacun.)

 

Régionales : Un scrutin qui s’annonce déjà serré

Cette étude de la SOFRES a déjà fuité auprès de certains états-majors, et l’analyse est parfois en cours pour certains d’entre eux. Elle annonce dans tous les cas un scrutin serré, avec les deux favoris Carole Delga et Dominique Reynié qui ont donc aujourd’hui un réel déficit de notoriété … Ils doivent vite avoir une approche marketing de leur propre image. Gérard Onesta, même s’il doit encore négocier avec l’émergence d’envies citoyennes, pourrait être l’invité surprise. Quant au FN ne nous méprenons pas, cette étude ne concerne que la Haute-Garonne … Louis Aliot sera haut, à n’en pas douter.

 

Moudenc est connu

Cette étude sur la notoriété du personnel politique en Haute-Garonne ne concerne pas que les candidats aux Régionales. C’est Jean-Luc Moudenc qui est en tête (78%) et Laurence Arribagé (34%) en troisième position derrière Louis Aliot. Mais nous l’avons encore vu récemment, la notoriété ne fait pas toujours le vote …

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.