Julien Léonardelli : « PS, UMP, c’est la même soupe ! »

Le╠üonardelli FN (14-10-2014)┬®franckalix-3

Libéré. Ce proche de Louis Aliot imprime une nouvelle dynamique au FN 31. Infatigable, il est déjà dans la campagne des départementales et s’amuse à provoquer les socialistes… Son but : créer une vraie surprise en mars prochain.

 

Le retour de Sarkozy sur le devant de la scène, la transformation de Debout la République en Debout la France… Ces événements ne veulent-ils pas signifier que la chasse à l’électeur FN est ouverte ?

Clairement oui ! Le FN est désormais considéré comme un réel danger, comme un parti capable de gagner des élections. Donc la riposte s’organise… Mais bon, Sarkozy c’est faire du neuf avec du vieux, non ? On ne peut pas construire avec une personnalité du passé qui a tout détruit sur son passage. Et concernant Debout la République, je trouve simplement dommage qu’ils ne participent pas au Rassemblement Bleu Marine. Quand Nicolas Dupont-Aignan s’exprime, il ne fait que présenter le programme du Front National ! Sarkozy, Dupont-Aignan, dans les deux cas, les Français préféreront l’original à la copie.

Regardons aussi ce qui se passe à gauche. Un PS avec une base qui se désolidarise de plus en plus du gouvernement, des Verts et un Front de Gauche qui contestent les politiques d’austérité… Regardez-vous ça avec sourire voire avec malice ?

Cela prêterait à sourire si l’avenir de notre pays n’était pas en jeu. Cette gauche est désabusée, nous l’observons sur le terrain y compris localement. Il y a beaucoup d’électeurs de gauche et du PS qui viennent nous voir en nous disant : « On a toujours voté socialiste, c’était notre tradition, mais maintenant, c’est fini ! » Ils ont le sentiment que cette gauche ne défend plus les ouvriers, les petits salariés, les artisans… Aujourd’hui, seul le Front National défend les plus faibles.

Cette grogne du moment explique-t-elle également votre résultat surprenant aux dernières élections sénatoriales ? Vous partiez avec trois grands électeurs pour terminer avec 74…

Le mécontentement gagne désormais les grands électeurs, et je l’ai bien ressenti durant la campagne. Des maires de petites communes du Lauragais, du Comminges ou du Frontonnais, plutôt de gauche ou sans étiquette, n’en peuvent plus. Pour eux, Valls stop, Hollande stop ! Les élus restent des citoyens comme vous et moi, ils ne sont que le reflet de notre société, et ils aspirent maintenant à un profond changement.

« Départementales : Je serai présent pour cette échéance »

Maintenant votre prochain objectif c’est donc les élections départementales ?

On s’y prépare activement et je suis actuellement dans une tournée des 27 nouveaux cantons. Nous aurons des candidats partout, et les investitures sont déjà en cours. Notre but est d’entrer au Conseil général, ce qui serait une première pour nous. On part de zéro, et nous souhaitons avoir un maximum d’élus. Nous savons que nous serons forts sur certains cantons y compris toulousains. À Muret, Blagnac, Plaisance-du-Touch, Léguevin, Cazères, Auterive, Villemur-sur-Tarn, Saint-Gaudens… dans tous ces endroits, vous verrez que nous serons très hauts.

Et vous-même serez-vous candidat ?

Oui, je serai présent pour cette échéance.

Sur quel canton ?

L’investiture est en cours. Quand elle sera officielle, je vous en informerai, mais un indice : ce sera un canton rural dans lequel je compte m’investir et habiter dans les mois qui viennent.

Votre adversaire pour cette élection, c’est qui ? Le PS ou l’UMP ?

Nous faisons notre campagne sans tenir compte des concurrents. PS, UMP, c’est la même soupe ! Mais aujourd’hui ,le Conseil général est socialiste, donc forcément la gauche sera notre cible. D’ailleurs je pense que même le patron départemental du PS, Sébastien Vincini, va devoir s’accrocher… Il devrait être candidat sur le canton d’Auterive puisqu’il est élu à Cintegabelle. Nous lui promettons donc une campagne difficile, à lui, l’héritier de Lionel Jospin. Il aurait dû partir sur un canton toulousain (rires). Il aime sans doute les challenges.

Vous imposez un nouveau style au FN toulousain. C’est du FN light, non ? Fini le FN 31 made in Jean-Marie ?

Il y a certes un renouvellement générationnel actuellement, mais j’ai tout de même adhéré à ce parti avec Jean-Marie Le Pen comme président. Je ne renie pas cela, bien au contraire. C’est le patrimoine et l’ADN du Front. Mais c’est vrai qu’avec l’arrivée de Marine aux manettes, c’est surtout une nouvelle manière d’exprimer nos idées qui s’est imposée. Nous sommes en 2014 et il est normal que notre mouvement évolue, c’est l’inverse qui serait inquiétant. Mais ce n’est pas du FN light, la preuve nous sommes plus forts que jamais.

 

CV EXPRESS

Né le 14 juillet 1987 à Lavelanet (09).

Marié et père d’une petite fille.

Il est commerçant à Toulouse, mais a auparavant milité dans les Pyrénées-Orientales aux-côtés de Louis Aliot.

Fonctions : Secrétaire départemental du FN 31, membre du Bureau national du FNJ (FN Jeunesse).

 

 

 

 

 

 

 

1 COMMENTAIRE

  1. FAUDRAIT ARRÊTER DE NOUS ENRHUMER MONSIEUR HOLLANDE ET COMPARSES NOUS SOMMES(quand je dit nous sommes=LE PEUPLES)LE PEUPLES TRÈS DÉÇUS PAR TOUTES LES PROMESSES FAITES POUR LES INTER MITANTS(TES) DES SPECTACLES QUE VOUS AVEZ NARRER BRAVE CESARIUS HOLLAND(E)IUS IL N EN AI RIEN DE TOUS CELA…MOI J AI TIRER LA CHASSE D EAU DE MES TOILETTES VOS MENSONGES N ONT PAS ETAIT ÉVACUÉES J AI DES FUITES DANS MES CANALISATIONS. VOILA MAINTENANT UNE CHARMANTE DAMES M A TENDUS LA MAINS POUR PAS ME NOYER DANS CE MARASMES ILLUSOIRES J AI MIT DU TEMPS A VOIR LA MAIN D’UNE PATRIOTE,MES YEUX CE SONT LEVER UN MIRACLES A EUS LIEUX OUI J AI VUS AU LOIN LA BAS VOIR DEMAIN MARINE LEPEN PRÉSIDENTE DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PAR OBLIGATION…VIVE MARINE LEPEN VIVE LA FRANCE AUX FRANÇAIS VIVE LA MARSEILLAISE PATRIOTIQUE.MICHEL PIERRE AUTISSIER .AVE! CESARIUS HOLLANDIUS.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.