Jean-Michel Lattes : « A part la 3ème ligne, tout devrait être bouclé dans ce mandat »

FIMG_3193onceur. Premier adjoint au maire de la ville de Toulouse, Jean-Michel Lattes est en charge du dossier stratégique des transports. Il revient sur un début de mandat mouvementé, les premières réalisations, et les projets à venir : 3eme ligne (Toulouse aerospace express), LGV, Aérotram… Sans oublier la question épineuse des tarifs.

 

 

L’étude lancée sur la tarification, qui pourrait remettre en cause le tarif étudiant et la gratuité pour les séniors, a suscité la polémique, en cette rentrée. Allez-vous réellement revenir sur ces dispositifs ?

Il faut reprendre le sujet depuis le départ. En 2012, la chambre régionale des comptes a jugé le système toulousain particulier, voire anormal, car il y a beaucoup de statuts différents, mais aucune prise en compte de la variable sociale. Pierre Cohen a mandaté un cabinet en 2013 pour faire étudier cette variable. A mon arrivée, j’ai décidé de la mener à son terme. Le rapport sera présenté aux 20 élus du SMTC en décembre. Nous avons actuellement le système le plus généreux de France, il peut le rester pour les étudiants et personnes âgées. Par exemple, nous pouvons mettre en place un tarif social et un tarif normal qui reste modéré.

 

La ligne Toulouse aerospace express a été votée en conseil municipal, où en est le projet aujourd’hui ?

Depuis février, on a constitué une équipe de 20 ingénieurs qui travaillent dessus. On a réalisé ‘‘un fuseau’’, c’est-à-dire un tracé global qui part de Colomiers, passe à proximité de l’aéroport, des Sept Deniers, qui rejoint Barrière de Paris, puis Matabiau et enfin Montaudran et Labège. On travaille actuellement parcelle par parcelle afin de présenter 3 ou 4 options de tracé d’ici noël. Le chantier sera lancé avant 2020 et devrait être terminé pour 2024. On n’a pas perdu de temps !

 

Le coût d’un tel projet a fait beaucoup débat, Jean-Luc Moudenc a annoncé des ‘‘financements innovants’’, pouvez-vous nous en dire plus ?

Le coût total va varier entre 1,5 et 1,7 milliards d’euros. En 2016, on va finaliser tout le financement. Bien sûr, on a commencé à prospecter. Nous allons nous tourner vers l’Europe, vers le gouvernement et vers le privé. Nous serons accompagnés par TSE (Toulouse school of economics) pour cela.

 

Quid du PLB (Prolongement de la ligne B jusqu’à Labège) ? La remise en cause de ce projet vous a mis à dos le Sicoval, le département, y compris des élus de votre famille politique…

 

On ne pourra pas faire la 3eme ligne et le PLB. J’ai très peu répondu face aux attaques du Sicoval, car j’ai préféré attendre la fin de l’enquête publique… Le Sicoval est allé trop vite dans sa manière de faire, et a confondu enquête publique et plébiscite… Dans ce dossier, il ne faut pas oublier que la finalité est de desservir Labège efficacement.

 

« Il semble y avoir des failles significatives dans le budget du PLB »

 

Justement, le commissaire enquêteur a rendu cette semaine un ‘‘avis favorable avec des réserves’’, est-ce que cela change votre vision du dossier ?

On étudie ce rapport page par page. Ceux qui proclament que tout va bien vont un peu trop en besogne ou alors nous n’avons pas les mêmes méthodes de travail… Il ressort que les remarques que nous faisions sont confirmées. Le commissaire enquêteur soulève que le calendrier du projet a été perturbé et que le financement n’est pas sécurisé. Les élus du Sicoval affirment depuis le départ que l’argent est sur table, ce n’est pas le cas. Le rapport convient également que le choix du PLB est davantage politique que technique. Il replace donc l’alternative de la 3ème ligne au cœur du débat. L’enjeu aujourd’hui est d’arriver à discuter et la question sera tranchée au plus haut niveau entre les présidents des deux agglomérations Jean-Luc Moudenc et Jacques Oberti.

 

L’autre projet marquant à venir est l’aérotram. Une idée lancée sous Pierre Cohen, que vous gardez mais revue. Est-il vraiment réalisable et dans quel délai ?

Le projet va passer devant la commission du SMTC avant noël, puis nous lancerons l’appel d’offres. L’objectif est de l’inaugurer avant 2020. De toute façon, à part la 3ème ligne, tout devrait être bouclé dans ce mandat. Le budget de l’aérotram n’est pas encore défini. Dans le projet initial de Pierre Cohen, le budget était de 8o 000 000 € mais pour 7000 voyageurs/jour. Si on peut étendre le téléporté de Basso-Cambo à Montaudran, on atteindrait 20 000 usagers par jour, et là ça devient intéressant.

 

Un mot sur la LGV, dont on attend l’avis du gouvernement. Les chances de voir ce projet voir le jour semblent s’amincir avec le temps…

On attend que le gouvernement se prononce mais le projet est important pour Toulouse. A bordeaux, on voit déjà l’impact de la LGV au niveau des entreprises, des universités… Cela crée une attractivité considérable. Je pense que le gouvernement va aller dans le bon sens, mais le budget public me rend très pessimiste.

 

L’année a également été marquée par les grèves à Tisséo. Les négociations sur les salaires vont reprendre en décembre, un autre combat social en perspective ?

Ces négociations annuelles sur les salaires sont légales. J’ai fait un audit de tout le système, et il s’avère que le coût de fonctionnement de l’EPIC augmentait de 7% par an. Cette année, nous sommes à 3% ce qui nous laisse une marge de manœuvre pour l’investissement. Nous avons voté une hausse de salaire de 0,45% annuelle, mais on ne pouvait pas aller plus haut. Les salariés de Tisséo ne sont pas dans un bulle par rapport au monde extérieur. Sur le mandat précédent, ils ont gagné plus 20% de pouvoir d’achat. Je ne connais pas d’autres secteurs où les employés ont bénéficié d’une telle progression. On ne peut pas accepter que l’impôt local finance des hausses de salaire devenues systématiques.

 

 

CV express

 

Né le 19 juin 1960

A Toulouse

Profession : Professeur de droit du travail à l’UT 1 Capitole

A l’UDI depuis sa création mais au centre depuis 30 ans, j’ai commencé au CDS (Centre des Démocrates Sociaux)

Fonction(s) politique(s) : Premier adjoint au maire de Toulouse et vice-président de Toulouse métropole.

Signe(s) distinctif(s) : Fan de Tintin, de rugby et d’occitan

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.