[ITW XXL] Pierre Esplugas : « J’ai le sentiment qu’il faut casser les codes »

Pierre Esplugas®franckalix

Serein. Sur la terrasse de sa brasserie préférée, place Saint-Georges, l’adjoint de Jean-Luc Moudenc, en charge des musées, est plutôt fier du succès de la carte « Musée libre », et ne manque pas de projets. Celui qui est aussi porte-parole de l’UMP 31 regrette les sifflets sarkozystes à l’encontre d’Alain Juppé …

Depuis fin septembre les musées de la ville sont désormais gratuits tous les week-ends. Un premier bilan ?

Les chiffres sont affinés et je peux donc vous dire que nous avons désormais passé la barre des 10 000 utilisateurs de la carte « Musée libre ». C’est un vrai succès, je n’ose dire au-delà de nos espérances … À tel point qu’aujourd’hui nous étudions des ajustements.

De quelle nature ?

Une nouvelle carte intelligente, à puces, offrant de nombreux services, est à l’étude. Il s’agit pour nous d’éviter la multiplicité des cartes, et bien évidemment  de rationaliser les coûts. Mais devant l’énorme succès de « Musée libre », et du fait de l’appropriation de cette carte par les Toulousains, nous allons maintenir tout de même ce support tout en levant les conditions de validité. On réfléchit également à l’extension des points de diffusion de la carte…

Il a été question lors de votre arrivée à la mairie d’une réflexion sur une réserve d’œuvres commune à l’ensemble des musées de la ville. Où  en est-on ?

Nous sommes dans une phase d’étude et travaillons activement sur le coût et les besoins avec les services de l’Etat. Nous désirons également inscrire ce dossier au prochain contrat de plan Etat-Régions de manière à bénéficier de financements extérieurs à la ville de Toulouse.

Les musées font-ils vraiment partie de l’ADN de la ville ?

Je regrette parfois que les Toulousains n’aient pas réellement conscience des richesses, des trésors, qui se trouvent dans leurs musées. J’ai donc le sentiment qu’il faut « casser les codes » pour faire une nouvelle promotion de ces endroits … C’est d’ailleurs le message que j’ai fait passer aux directeurs de chaque musée. Il faut mélanger les époques et les disciplines artistiques. C’est ce que nous avons réussi à faire avec l’exposition de Jorge Pardo au musée des Augustins qui permet d’allier l’art contemporain avec la culture romane présente sur place.

« Moudenc-Chatillon : la martingale gagnante »

Parlons maintenant de l’UMP. Avec les sifflets à l’encontre d’Alain Juppé le week-end dernier lors d’un meeting de Nicolas Sarkozy, la guerre des chefs n’est-elle pas repartie ?

Le processus de démocratisation de l’UMP en cours entraîne de fait une multiplicité de candidatures et donc une concurrence qui provoque forcément un débat parfois violent entre leaders, c’est la règle du jeu. Mais le tout est de ne jamais perdre de vue le respect et la dignité.

Cela veut-il dire que vous ne cautionnez pas ces sifflets ?

En l’espèce, je pense que Nicolas Sarkozy aurait dû intervenir à la tribune pour calmer la salle.

Lors de votre dernier scrutin interne Jean-François Copé avait réalisé un gros score, le courant de la Droite Forte également … La fédération haut-garonnaise est-elle donc « sarkozyste » ?

Je rappelle que Copé n’est pas Sarkozy, et vice versa (rires.) Quant au score de la Droite Forte, cela tient plutôt à l’excellente campagne alors menée par Guillaume Peltier et Geoffroy Didier … Je ne crois pas qu’il faille tirer de tout ça une interprétation plus large. Toute autre interprétation me paraît d’ailleurs audacieuse. Pour ce qui va se passer ce week-end (élection du président de l’UMP,ndlr) on peut tout de même penser que notre fédération penchera vers l’ancien Président, car nous sommes à la recherche d’un véritable leadership, avec une expérience et une détermination. Je déplore cependant le fait que nous ne pourrons pas avoir les résultats par département  ; c’est une demande légitime des deux autres candidats, Bruno Le Maire et Hervé Mariton.

Plutôt surpris par la campagne de Bruno Le Maire ?

Je suis tout sauf surpris. C’est une personnalité de grande qualité, organisée et déterminée.

La campagne des élections départementales va démarrer … Êtes -vous prêts ?

L’union est en marche, avec des candidatures uniques qui allieront le centre, l’UMP, les partis souverainistes et la société civile. L’idée est de se situer dans le sillage de ce que nous avons réalisé aux municipales, et de s’inscrire dans cette dynamique.

La victoire sera au bout ?

Une chose est claire : Les indicateurs sont au beau fixe. Le redécoupage des cantons avec une valorisation du secteur urbain, ainsi que le renouvellement intégral de l’assemblée départementale peuvent nous être favorables. Ceci s’ajoute à l’échec national de François Hollande, et à la réussite locale et départementale du tandem formé par Jean-Luc Moudenc et Alain Chatillon. Les forces conjuguées du maire de Toulouse et président de la métropole, avec celles du sénateur-maire de Revel, peuvent s’avérer une martingale gagnante.

 

CV Express

Il est universitaire, professeur de droit public et auteur de nombreux ouvrages. Durant de longues années, il a été également l’un des visages de TLT, « il n’y a pas une journée sans que quelqu’un me fasse référence à cette époque. »

Fonctions : Adjoint au maire de Toulouse, élu communautaire et porte-parole de l’UMP 31

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.