[Interview XXL] Vincent Terrail-Novès : « Je pense être un élu plutôt atypique »

vincent terrail noves WEBTendance. Le jeune maire de Balma (Les Républicains) est à la mode, il est même annoncé comme tête de liste départementale de la droite et du centre dans le cadre des futures Régionales. Il a souhaité répondre à son opposant municipal, Laurent Méric, qui l’a attaqué frontalement dans le dernier JT. La réponse du berger à la bergère.

 

Votre opposant critique votre mode de gouvernance à Balma. Une réaction ?

M. Méric se plaint du traitement qui est fait à l’opposition, et notamment suite à des délibérations qui n’auraient pas été présentées en commissions … Mais dans la plupart des cas j’ai pu constater un vrai problème de communication au sein de cette opposition, car ces délibérations ne sont en fait pas remontées jusqu’à lui. Qu’il balaie donc devant sa porte, qu’il apprenne à travailler ses conseils municipaux et qu’il se préoccupe avant tout de son leadership au sein de son propre groupe. Quant au reproche sur un système qui serait devenu autocratique, je ne le comprends pas. Il y a une majorité municipale qui a été démocratiquement élu, et il me paraît logique que ce soit elle qui décide, non ?

Le récent vote du PLH (plan local de l’habitat, ndlr) est également un point de crispation majeure. Comprenez-vous les attaques dont vous faîtes l’objet ?

Les propos de mon opposant m’ont fait bondir. Ils sont mensongers voire diffamatoires ! La réalité est que le PLH 2014-2019 prévoit 1620 logements, or 1386 ont été validés avant que je ne sois élu maire. Le frein à l’urbanisme est donc clairement le fait de ma majorité municipale. Je me suis engagé à réduire l’urbanisation dans ma ville, et la promesse est donc tenue.

Beaucoup de communes font le choix de coupes sombres dans les subventions allouées aux associations. Est-ce également votre cas ?

Quoi que puisse dire mon opposant nous avons su maintenir à Balma notre budget consacré aux associations, et ce grâce aux économies que nous avons réalisé en un an de mandature. En revanche, qu’avons-nous fait ? Comme il s’agit également de maitriser nos dépenses, nous avons donc fait des arbitrages sur la base de critères factuels. Nous avons donc demandé aux associations de nous faire un état précis sur l’état de leur trésorerie, sur leur nombre d’adhérents et sur le bilan de leur activité. Donc quand je lis que nous « mettons à mal le lien social », il faut tout de même étayer l’attaque. Elle est clairement injustifiée, et ne correspond pas à la réalité des faits.

Sur quelles bases avez-vous conçu votre budget ?

Nous faisons sur la commune des efforts conséquents, du jamais vu depuis plus de vingt ans. Nous avons notamment économisé plus d’un million d’euros sur les dépenses de fonctionnement. J’ai appris aux services à travailler autrement, car nous assumons le choix de ne pas avoir remplacé une dizaine de départs à la retraite. A moins nombreux il faut rendre le même travail … Les élus consentent eux-aussi à des efforts, et nous avons baissé le montant des indemnités. Sans tous ces efforts, nous n’aurions pas pu maintenir les taux de la fiscalité locale … Cela n’a rien à voir avec la gestion précédente ; c’est notre gestion qui permet ces marges de manœuvre.

« Je ne pratique pas la langue de bois »

Vous auriez maltraité votre prédécesseur Alain Fillola, qui a décidé de se retirer de la vie publique, dans le dernier bulletin municipal. Comprenez-vous l’étonnement de votre opposition ?

Là aussi que mes opposants balaient devant leur porte. Nous avons fait ce qu’il y avait à faire de notre côté pour saluer son action … Mais je m’attendais à ce que dans l’espace dédié à l’opposition dans ce même bulletin, il y ait un hommage appuyé à celui qui est pour beaucoup d’entre eux leur mentor. Résultat, pas un mot ! Rien ! Que du blabla pour dire que tout va mal à Balma … Ou est l’hommage de la gauche balmanaise à Alain Fillola ? Même sur ce sujet on vient m’expliquer que c’est ma faute. Il est grand temps que M. Méric se mette à élever le débat. La politique ne peut pas se contenter de slogans. Il faut aussi du concret, des actes.

Quelle est votre vision pour Balma ?

Je veux redonner à cette ville l’image qu’elle véhiculait auparavant. Je souhaite la dynamiser en m’appuyant sur les familles et les enfants. Quand les familles participent à la vie locale, c’est forcément un facteur dynamisant pour une commune … C’est pour cela que je mets souvent en avant les enfants dans mon action. Balma va prendre un nouvel essor je vous l’assure.

Vous serez candidat lors des prochaines élections régionales. Pourquoi ce choix ?

J’ai toujours dit que je ne briguerai aucun nouveau mandat, or je suis conseiller régional depuis 2010 avec l’envie d’aller encore de l’avant. Il y a un challenge intéressant à relever avec cette nouvelle grande région. Je pense être un élu plutôt atypique, qui incarne donc un nouvel espoir pour des électeurs dans le doute …

Vous serez donc aux-côtés de Dominique Reynié, votre chef de file ?

Ne pratiquant pas la langue de bois, j’avoue que si j’avais été dans le collège qui a désigné Dominique Reynié comme tête de liste, je n’aurais sans doute pas fait ce choix-là. Mais avec le recul je comprends désormais ce choix. Il est porteur d’un nouveau discours qui me correspond totalement. Je suis séduit … Il est brillant et disponible.

Etes-vous conscient de ce que vous représentez désormais dans votre camp ? Une nouvelle tête qui réussit dans un département peu favorable à la droite …

Vous savez je travaille dans l’humilité. Il y a des maires, à Toulouse, à Castanet-Tolosan, à Castelginest qui ont également réussi leur implantation locale et j’ai du respect pour leur action. La droite et le centre n’ont pas dit leur dernier mot dans ce département.

 

CV EXPRESS

Né le 24 décembre 1978. Il est kinésithérapeute de profession, gérant d’une Ehpad.

Fonctions : Maire de Balma, vice-président de Toulouse Métropole, conseiller régional

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.