[Interview XXL] Philippe Saurel : « Après l’affrontement, le temps est venu de construire le territoire »

XXL Philippe Saurel

VRP. Le maire de Montpellier, Philippe Saurel (DVG) vient de signer un accord-cadre de partenariat avec Toulouse métropole et a rencontré la présidente de Région Carole Delga pour poser les bases d’un travail en commun. L’ancien candidat aux régionales souhaite aujourd’hui tourner la page du combat électoral pour défendre la métropole montpelliéraine dans le grand territoire régional.

Vous avez signé vendredi 2 janvier dernier, un « accord-cadre » avec Jean-Luc Moudenc. Quel est l’objectif de ce partenariat ?

C’est un travail qui a débuté il y a plus d’un an et qui a permis de fixer un certain nombre de priorités communes : la mobilité en premier lieu, avec notamment la modernisation de la ligne ferroviaire Montpellier-Toulouse, le secteur économique, car il faut établir des collaborations sur des domaines communs aux deux villes comme la santé et le numérique ; le tourisme, mais aussi l’enseignement supérieur sont au cœur de cet accord. Nous souhaitons également mutualiser nos relations extérieures. Par exemple, avoir des stands communs dans les divers salons afin d’être davantage repérable.

Cet accord, avec une métropole gérée par la droite, est-il le signe que le clivage politique gauche-droite ne prévaut pas au niveau local lorsque l’on aborde des sujets concrets ?

C’est ma façon de penser. Il me semble qu’on peut même dépasser ce clivage au niveau national… En PACA, des militants socialistes ont voté Christian Estrosi lors des dernières élections régionales. C’est une réalité qu’il faut savoir la regarder en face. Le clivage gauche-droite, ce n’est pas l’enjeu primordial aujourd’hui. Le clivage qui importe est celui qui sépare ‘‘ceux qui veulent rénover les pratiques politiques et ceux qui veulent conserver le pouvoir’’, pour citer Podemos.

Le 1er février, vous avez rencontré Carole Delga pour entamer les négociations entre la Région et Montpellier.

C’est la première fois que nous nous rencontrons en dehors des plateaux télévisions, seul à seul. Ce premier contact a eu pour objectif de spécifier une méthode pour travailler ensemble. Nous avons convenu de nous voir régulièrement pour aborder un certain nombre de dossiers en attente, comme le contrat de plan état-région, ou encore la ligne LGV. Ces dossiers méritent d’être travaillés en concertation avec les deux collectivités. Nous allons nous revoir d’ici un mois. Les principes sont posés maintenant on va voir à l’usage comment cela va se passer.

« Le clivage gauche-droite, ce n’est pas l’enjeu primordial aujourd’hui »

La campagne des régionales a été rude entre la candidate socialiste et vous. Est-ce que le dialogue est facile à renouer ?

Les échanges ont été cordiaux, il n’y a pas de problème majeur. Le but de cette rencontre était également de dire que le temps de l’affrontement électoral, qui un moment où la démocratie s’exprime, est terminé. Maintenant, c’est le temps de la construction du territoire et pour cela je dois discuter avec l’ensemble de mes partenaires.

Aujourd’hui, vous jouez le rôle de VRP pour votre ville. Est-ce que vous craignez que votre métropole soit reléguée au second plan ?

Tous les maires sont les VRP de leur ville. Nous sommes là pour défendre nos territoires. Mais Montpellier n’a pas besoin de moi pour être reconnue. Nous avons une grande histoire et un solde migratoire extrêmement positif, car la ville est très attractive. De son côté, Toulouse est la quatrième ville de France, je trouve normal qu’elle soit capitale régionale. Montpellier, c’est la métropole de la méditerranée, qui doit poursuivre son développement. Je considère que la grande région est un nouveau cadre institutionnel et politique. Ce cadre s’ouvre au même moment où s’ouvre la métropole de Montpellier. L’accord entre Toulouse et Montpellier est la première page de l’histoire de cette nouvelle région.

Carole Delga s’est engagée à ce que l’assemblée plénière de la Région se tienne à Montpellier, est-ce un signal positif selon vous ?

C’est un détail. La région et Montpellier sont impliqués dans un réseau de compétences croisées très importantes, comme l’aménagement du territoire et l’économie. L’enjeu aujourd’hui est que chaque collectivité trouve sa place.

CV express :

Né le 17 décembre 1957

À Montpellier

Profession : Chirurgien-Dentiste

Fonctions politiques : maire de Montpelier et président de Montpellier Méditerranée Métropole

Ancien militant PS, il est aujourd’hui maire sans étiquette tendance ‘‘Divers gauche’’

Signe distinctif : Présente des listes DVG face au PS à chaque élection locale

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.