[Interview XXL] Marion Lalane de Laubadère : « Il n’y a pas de trajectoire budgétaire au département »

©Kevin Figuier
©Kevin Figuier

CONTRÔLE. Présidente du groupe d’opposition au département face à la majorité socialiste, Marion Lalane de Laubadère, a pour objectif une vigilance sans faille sur le budget de la collectivité. Celui-ci est voté en session cette semaine au Conseil départemental.

Le président Georges Méric annonce un investissement en hausse sans augmentation de la fiscalité, le budget 2016 s’annonce-t-il équilibré ?

Le débat d’orientations budgétaires a eu lieu en décembre et je constate qu’il n’y a aucune trajectoire budgétaire sur l’ensemble du mandat. Il y a des annonces, des effets de communication, mais je pense que cette ‘‘non-hausse de la fiscalité’’ ne tiendra pas la route sur le long terme. Les dépenses explosent et même si la majorité souhaite une maîtrise de la masse salariale, cela ne suffira pas. Nous avons demandé si le maintien de la fiscalité sera reconduit sur les années à venir et nous n’avons eu aucun engagement.

Une des principales annonces de cette session est la création d’un parcours citoyen de laïcité dans les collèges, qu’en pensez-vous ?

Toutes les actions qui peuvent être menées sur le sujet de laïcité vont dans le bon sens. Je n’ai pas encore le détail de ce parcours, je ne sais pas encore comment il va être mis en œuvre concrètement. Mais sur le principe, c’est une bonne chose. De manière générale, toutes les collectivités se sont emparées du sujet. Au niveau de la ville de Toulouse, de nombreuses actions sont mises en place dans les écoles et dans le périscolaire en partenariat notamment avec les associations.

En 2016, le projet de centre commercial Val Tolosa à Plaisance-du-Touch devrait être arbitré par l’État. Cette médiation étatique est-elle une bonne idée sur ce projet bloqué depuis plus de 10 ans ?

Sur ce dossier, des engagements ont été pris par le Département et d’ailleurs Georges Méric avait voté toutes les motions sur Val Tolosa lorsqu’il était conseiller général sous Pierre Izard. Je m’étonne de cette reculade, d’autant que le projet est très avancé. Quant à cet arbitrage par l’État, c’est extraordinaire, je pense que c’est une première ! Cette décision a été prise de manière unilatérale par le président alors qu’on aurait pu le voter en assemblée…

« Je me demande comment on va continuer à financer le RSA »

Sur le fond, est-ce que vous êtes favorable à la réalisation de ce projet ?

Je n’ai pas d’avis sur le fond. C’est un dossier compliqué. Je m’étonne juste de la méthode.

Pour l’année à venir, quel est le point sur lequel vous allez être particulièrement vigilante en tant que leader de l’opposition départementale ?

Je serai particulièrement attentive aux Finances. Quand on voit l’état du budget, je me demande comment on va continuer à financer le RSA, par exemple. Nous avons proposé une motion sur le contrôle des bénéficiaires du RSA, ce qui a provoqué un tôlé dans l’assemblée et des réactions très discourtoises de la part de la majorité socialiste. Pourtant, de nombreuses collectivités ont mis cela en place. De même, nous avons proposé de contrôler les subventions versées aux associations. On a souhaité savoir sur quels critères sont décidées ses subventions, et on nous a répondu : « C’est historique ! » Cela me semble un peu léger…

Depuis bientôt un an, vous siégez dans l’opposition du département. Comment se passent les relations de travail avec la majorité ?

Les relations sont globalement courtoises. Notre parole n’est pas bridée et je m’entends bien avec le président Georges Méric. Bien sûr, il faut tout le temps passer par le cabinet pour toute demande, mais c’est le cas pour toutes les oppositions. C’est un positionnement toujours complexe. Néanmoins, nous avons une vraie relation d’opposition, on essaye d’être entendus, on bataille sur tous les dossiers et on a des propositions à apporter au débat. Après, c’est encore un peu tôt pour dresser un bilan.

CV express :

Née le 23 octobre 1972

À Thionville

Profession : Professeure d’histoire-géographie

Fonctions politiques : Adjointe au maire de Toulouse en charge de l’éducation, présidente du groupe d’opposition au Département

Signe distinctif : Élue non-encartée

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.