[Interview XXL] Karine Traval-Michelet : « Une hausse des impôts modérée pour une politique ambitieuse »

©DR
©DR

CHANGEMENT. Maire de Colomiers depuis mars 2014, Karine Traval-Michelet bouge les lignes dans la deuxième ville du département : création d’une police municipale, mise en place de l’école numérique, augmentation des impôts qui met fin à une stabilité fiscale de 17 ans… La maire socialiste explique ses choix.

La ville de Colomiers vient de voter la création d’une police municipale, une première dans l’histoire de la commune. Est-ce un tournant politique ?

Ce n’est pas un tournant, mais la construction d’une réflexion globale. Nous avons établi un nouveau schéma de tranquillité publique qui s’inscrit dans l’évolution de la ville. Il faut utiliser les différents outils possibles, dont la police municipale et les caméras de vidéosurveillance, en rappelant que la sécurité reste une compétence régalienne de l’État. Nous n’avons pas de dogme sur le sujet. Il faut répondre à une évolution du territoire, mais aussi au sentiment global d’insécurité au regard du contexte national actuel.

Est-ce que vous avez constaté une hausse de l’insécurité à Colomiers ?

Dans les faits, on remarque qu’il y a une hausse des cambriolages en 2015. C’est une tendance nationale et métropolitaine à laquelle Colomiers n’échappe pas. Ce problème doit être pris en compte par la municipalité par des réponses adaptées. Néanmoins, nous ne renions pas nos valeurs de gauche. Dans le schéma de tranquillité, nous maintenons le dispositif des médiateurs. Et je pense que notre police municipale ne sera pas la même que celle de Béziers, par exemple. L’outil est le même, mais tout dépend de sa mise en œuvre.

Vous ne vous êtes pas encore prononcée sur l’armement de la police municipale. Pourquoi ?

Nous n’avons pas encore tranché cette question. Il faut prendre le temps d’étudier le sujet en lien avec d’autres villes pour déterminer les avantages et les inconvénients d’une telle mesure. Nous sommes encore au stade de la réflexion à la fois technique et politique. Nous devrions prendre position dans les prochains mois.  A SUPPRIMER

 

Autre nouveauté, la mise en place de « l’école numérique », en quoi cela consiste ?

L’éducation est la priorité de notre mandat. Cela passe par la rénovation du patrimoine scolaire, mais aussi par la révolution de l’apprentissage. Toutes les écoles de la commune vont recevoir des équipements numériques : tableaux interactifs, ateliers informatiques, câblage des établissements… À la rentrée 2016, nous serons la ville la plus avancée du département dans ce domaine.

« Nous n’avons pas de dogme au sujet de la sécurité »

En parallèle, vous avez décidé une augmentation des impôts de 5%, qui va s’ajouter aux 15% d’augmentation de la métropole. Est-ce que vous ne craignez pas le ras-le-bol des contribuables ?

Les collectivités territoriales participent à l’effort du redressement des finances publiques et par conséquent nous enregistrons une baisse des dotations de l’État. À côté de cela, nous menons une politique municipale ambitieuse. La hausse des impôts que nous avons votés est très modérée. Elle correspondra à une augmentation entre 10 et 50 euros par an en fonction des foyers. Nous restons tout de même parmi les taux communaux les plus bas en comparaison aux villes de même strate. Il est vrai que la métropole a augmenté les impôts de 15% en deux ans et les habitants de Colomiers ne feront peut-être pas la différence entre les deux. Il va falloir expliquer les choses et rappeler que notre priorité est de maintenir un service public attractif.

L’opposition municipale soulève que le pouvoir d’achat des Columérins est le plus bas de la métropole, que répondez-vous à cela ?

Colomiers a toujours fait l’effort d’atteindre le taux de 30% de logements sociaux en son sein. Je suis très fière de pouvoir accueillir des gens qui n’arrivent pas à se loger dans d’autres villes de l’agglomération. Mais il faut comprendre que les personnes éligibles aux logements sociaux n’ont pas des revenus importants. Il faut donc intégrer cet élément lorsque l’on aborde le niveau du pouvoir d’achat de nos habitants. En tant que vice-présidente de la métropole en charge de l’Habitat, je conteste que certaines communes trainent les pieds en la matière. Il n’y a que trois villes aujourd’hui qui atteignent le taux de 20% de logements sociaux : Toulouse, Blagnac et Colomiers. Tout le monde doit s’y mettre.

 

Au niveau des transports, Colomiers va arrêter son service de bus gratuit pour s’intégrer à la régie de Tisséo. Comment cela va se passer ?

La compétence des transports a été déléguée à la métropole qui adhère au SMTC de Tisséo. Colomiers, comme les autres villes, est donc dans l’obligation légale de céder cette compétence. Jusqu’à présent, nous avions mis en place une dérogation qui avait permis à la ville de développer son propre service. Mais ce temps de transition est arrivé à son terme. Ce sera l’opportunité d’offrir aux Columérins un maillage de qualité. L’arrivée du Linéo 2 dans la commune en est l’exemple, car il propose une amplitude horaire et un cadencement intéressant. Quant à la politique tarifaire, la politique du SMTC est avantageuse en prévoyant notamment la gratuité pour les personnes âgées. Mais nous réfléchissons à déployer une offre spécifique à Colomiers envers des publics particuliers.

La 3e ligne de métro pourrait être un enjeu important pour la ville de Colomiers. Où en sont les négociations avec Tisséo sur le sujet ?

Le premier tracé présenté en décembre relie les zones économiques de la métropole, et arrive jusqu’à Colomiers pour desservir la zone aéronautique. Mais il ne faudrait pas oublier les 40 000 habitants de la ville qui pourraient avoir intérêt à prendre ce transport en commun. Le travail va se poursuivre sur le tracé. Je pense qu’il doit desservir au moins la gare multimodale de Colomiers, car nous sommes la porte d’entrée de tout le Sud-ouest toulousain.

 

CV express :

Née le 13 septembre 1967

À Toulouse

Profession : Juriste

Militante au PS depuis l’âge de 17 ans

Fonctions politiques : Maire de Colomiers, Vice-présidente de Toulouse métropole en charge de l’Habitat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.