[Interview XXL] Jacques Oberti : « La majorité de Tisséo rompt le pacte de l’équité territoriale »

©Vincent Laratta
©Vincent Laratta

 

TENACE. Président du Sicoval, communauté d’agglomération du Sud est toulousain, Jacques Oberti est parti en croisade pour le PLB : le prolongement de la ligne B jusqu’à Labège. Mais sur ce dossier, le pouvoir est dans les mains de Toulouse métropole et Tisséo SMTC qui font bloc pour la 3ème ligne de métro. Face à eux, Jacques Oberti exerce une pression permanente, via la communication voire la provocation…

Où en sont les négociations avec Toulouse métropole et Tisséo ?

J’ai écrit au président de Tisséo, qui est notre principal interlocuteur, pour qu’il convoque une table ronde sur le sujet. Le dossier est prêt pour cela, mais il fait la sourde oreille. Il y a un déni de démocratie au sein de Tisséo. Le président affirme que le PLB va être difficile alors que le comité syndical n’a pas encore eu lieu… Les réserves sur le montage financier ont été levées, Tisséo va mettre moins d’argent que les autres partenaires. L’État a accordé une subvention exceptionnelle de 20,5 millions d’euros pour ce projet, qui seront perdus si jamais il ne se réalise pas !

Est-ce que vous n’avez pas l’impression que ces arguments n’auront pas de prise sur ce dossier éminemment politique ?

La décision relève d’une majorité au sein de Tisséo, composée d’élus de Toulouse métropole… Donc oui, le dossier est politique. Mais leur position est difficile à comprendre. Jean-Luc Moudenc a signé le projet à son origine, et il l’a défendu sous la majorité de Pierre Cohen. Après les élections municipales, en 2014, Jean-Michel Lattes (adjoint à la ville de Toulouse en charge des transports) avait affirmé devant les caméras que le PLB serait réalisé dans les 5 ans. Leur marche arrière est une position politique. On soupçonne la majorité de Tisséo et de Toulouse métropole de vouloir concentrer toutes les infrastructures de transport à Toulouse. Elle rompt le pacte d’équité territoriale.

Mais si la 3ème ligne voit le jour, Labège sera desservie…

Avec des si, on amène les gens dans des impasses. Je n’ai rien contre la 3ème ligne de métro, mais c’est un projet estimé à 1,7 milliard d’euros, qui ne sera pas inauguré avant 2030. Qui peut croire que cette ligne desservirait Labège, alors que selon les derniers documents du comité de pilotage de la TAE (Toulouse Aerospace Express), elle s’arrêterait à Montaudran. Il y a deux discours contradictoires. Il faut d’abord réaliser le PLB, et ensuite trouver des interconnexions avec la 3ème ligne.

« Il est inconcevable de faire machine arrière »

Vous avez lancé une campagne #Marredesbouchons sur les réseaux sociaux, et convoqué la presse pour la pose de la première pierre du PLB (prototype), alors que le projet n’est pas lancé. La communication est-elle votre stratégie privilégiée dans ce dossier ?

Nous devons être le relai des priorités des citoyens, mais aussi des entreprises. La campagne ‘‘Marre des bouchons’’ a largement dépassé le problème du Sud est toulousain. C’est devenu une tribune donnée aux citoyens pour nous interpeller sur ce qu’ils vivent au quotidien. La pose de la première pierre était un moyen d’attirer l’attention de tout un chacun sur le travail déjà réalisé pour le PLB. Nous avons mis en avant le prototype d’un viaduc qui a coûté 90 000euros à la SMAT. Au total, 15 millions d’euros ont été dépensés, les élus doivent prendre leurs responsabilités par rapport à cela. Il est inconcevable de faire machine arrière.

Au sujet des transports, quels sont les autres projets structurants du Sicoval ?

Nous avons plusieurs champs d’action. Avec Tisséo, une ligne Linéo doit ouvrir pour desservir le Nord du Sicoval jusqu’à Castanet-Tolosan. En dehors de Tisséo, nous avons deux projets principaux : le développement d’infrastructures routières, type giratoires, nouvelles voies, déviations, en partenariat avec le département, et le développement des transports doux.

La Cop 21 pose la question de l’engagement politique en faveur du climat. Le Sicoval a été récemment récompensé pour son action en faveur de la transition énergétique. Pouvez-vous nous en dire plus sur les mesures prises ?

En termes de développement durable et de lutte contre le réchauffement climatique, nous sommes sans doute la collectivité la plus en avance au niveau national. Mais nous avons décidé de communiquer sur nos actions après la Cop 21, car les gens seront sensibilisés à ces enjeux et cela permettra que la Cop ne retombe pas comme un soufflé.

L’actualité, c’est également les élections régionales. Quelle est votre réaction aux résultats du premier tour dans notre future Région ?

La progression du FN m’interpelle au plus haut point. Je me demande quelle doit être la posture de la collectivité face à cela : Une meilleure communication ? Une meilleure implication des citoyens dans la prise de décision ? Nous devons nous adapter au contexte. Améliorer les services publics permet de montrer aux gens qu’ils ne sont pas laissés pour compte, par exemple. Il faut que la population reprenne confiance en leurs élus, et cela passera notamment par l’écoute et par la co-construction des politiques publiques.

CV express :

Âge : 55 ans

Profession : Ingénieur Agronome ingénieur spécialisé dans les systèmes d’information

Militant au PS depuis : 1995

Fonctions politiques : Président de la Communauté d’agglomération du Sicoval depuis le 29 juin 2015, et Maire d’Ayguesvives depuis 2008 et Secrétaire de l’Association des Maires de Haute-Garonne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.