[Interview XXL] Claude Raynal : « Je prépare la reconquête »

Claude Raynal

VISION. Sénateur, vice-président de Toulouse métropole et maire honoraire de Tournefeuille, Claude Raynal s’impose également en tant que leader de l’opposition socialiste face à Jean-Luc Moudenc à la métropole. Une hauteur de vue, un discours ferme mais nuancé, Claude Raynal se pose sans le dire comme un candidat potentiel pour Toulouse en 2020.

Lors de la présentation de vos vœux pour 2016, vous avez durci le ton vis-à-vis du président de la métropole Jean-Luc Moudenc. Pour quelles raisons ?

Je fais un constat. Suite à ses propres vœux, j’ai noté un changement de position assez fort entre le début de son mandat et aujourd’hui. Ses positions très droitières ont étonné par rapport à son mandat précédent. Il a eu un discours très raide, sur le mariage pour tous, sur le ‘‘Ni-Ni’’ de Nicolas Sarkozy face à la progression du FN, sur la question des réfugiés… Il a également fait preuve d’agressivité envers son prédécesseur Pierre Cohen, notamment au sujet des finances. Ce qui était inutile, on sait maintenant que la hausse des impôts est avant tout destinée à donner une marge de manœuvre à l’équipe actuelle pour réaliser son programme. Aujourd’hui, Jean-Luc Moudenc met l’accent sur ‘‘Toulouse Fraternité’’, ce qui n’était pas le discours de l’année précédente… Pourquoi ce revirement ? Il a essuyé deux défaites électorales majeures : les élections départementales où l’on note que ses candidats n’ont pas su convaincre dans l’agglomération, et les régionales où il a choisi la tête de liste pour le résultat que l’on sait. Cela a engendré une modification à 180° de son positionnement politique. Il adopte aujourd’hui une posture plus centriste, plus ouvert à la discussion avec Georges Méric (président PS du département) et Carole Delga (présidente PS de la région). Je note que les relations se sont apaisées également avec la minorité métropolitaine, on va peut-être retrouver enfin un climat serein pour travailler ensemble.

Sur le fond des nombreux projets annoncés pour 2016 (revalorisation du centre-ville, travaux de la gare, construction de nouvelles écoles…) quel est votre sentiment ?

Je suis étonné de cette liste de projets. On n’a pas eu le discours qu’on pouvait attendre avec une vision élevée qui nous indique où il souhaite amener Toulouse, la métropole et les Toulousains. C’était davantage un catalogue de projets, domaine par domaine, mais sans perspective d’avenir. En outre, 95% des projets présentés ont été proposés par Pierre Cohen et il n’a pas la courtoisie de le rappeler. Que ce soit les lignes Linéo, le doublement de capacité de la ligne A, le Stadium, Toulouse-Aerospace, le projet Matabiau, le plan Busquet, le Parc Garonne, le Quai des savoirs, ils ont tous été initiés par la gauche. Le seul projet nouveau est la 3e ligne de métro.

Justement, sur ce projet phare qui devrait être finalisé cette année (tracé et financement), quelle est votre position ?

À mon sens, cette ligne est utile et capacitaire. Relier les zones économiques au centre-ville est une bonne chose. Mais c’est un projet qui verra le jour dans deux mandats. La question est que fait-on entre temps ? Pour certains, le budget alloué à cette ligne, de 1,7 milliard d’euros, ne permet pas de faire autre chose. Mais ce projet ne répond que partiellement aux problèmes de transport de la métropole. Il est nécessaire que l’effort soit maintenu en la matière. La hausse significative des impôts à Toulouse métropole (qui ont augmenté deux fois de 7,5% pour les particuliers et de 9% pour les entreprises) confère des capacités financières importantes. Nous avons été contre cette augmentation, car il n’y avait pas de projets proposés en face. Mais si cela sert à financer des actions nouvelles et utiles, nous pouvons évoluer sur cette question.

« 95% des projets présentés ont été proposés par Pierre Cohen »

Vous partagez votre temps entre le Sénat et la métropole, est-ce que vous comptez vous impliquer davantage dans la vie de l’agglomération ?

Je suis vice-président de la métropole depuis 1992. J’ai porté la mutation en agglomération avec Dominique Baudis, puis en communauté urbaine avec Pierre Cohen et aujourd’hui le passage à la métropole. Je suis pour une vision forte de l’intercommunalité. Dans cette optique, je prépare la reconquête de Toulouse et de Toulouse métropole. Je veux être utile aux forces de gauche de l’agglomération et proposer un projet pour 2020, à la place qui sera la mienne.

Est-ce que vous envisagez être candidat aux municipales de 2020 ?

La question ne se pose pas en ces termes. Ce n’est pas une aventure individuelle. Nous devons d’abord construire un collectif et un projet. Ensuite, se posera la question du candidat. 2020 c’est encore loin.

Au Sénat, vous serez prochainement amené à voter une loi de réforme de constitutionnelle qui contiendra notamment la question de la déchéance de nationalité. Quel est votre avis sur le sujet ?

Ce débat a pris une ampleur considérable. Il faut être sensible à deux choses : la demande de réponse des Français face au terrorisme et la volonté du président de la République de vouloir rassembler sur cette question. La loi de réforme constitutionnelle va comprendre plusieurs points. Je suis favorable par exemple à ce que l’État d’urgence soit inscrit dans la Constitution. Sur la déchéance de nationalité, il y a un certain nombre de difficultés que je partage. Je serai attentif au débat entre la gauche à l’Assemblée nationale et la droite au Sénat. Le président a formulé le vœu de trouver un accord national sur ce sujet. Les parlementaires doivent maintenant améliorer cette proposition en allant, c’est mon souhait, vers l’indignité nationale. Cela permet d’établir la même sanction pour tout le monde, binational ou pas.

CV express :

Né le 10 octobre 1957

À Toulouse

Profession : Magistrat administratif

Fonctions politiques : Sénateur de Haute-Garonne, Vice-président de Toulouse métropole, maire honoraire de Tournefeuille.

Militant au PS depuis 1984

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.