mercredi 4 août 2021

Contact

PolitiqueFrançoise Dedieu-Casties : verte de conviction

Françoise Dedieu-Casties : verte de conviction

Vice-présidente de la Région Midi-Pyrénées, Françoise Dedieu-Casties se prépare aux prochaines élections régionales mais garde un pied dans son territoire, le Volvestre.

 

Née dans une famille militante François Dedieu-Casties est sensibilisée très tôt aux problèmes environnementaux. Dans son bureau, au cinquième étage de la Région, l’élue se livre sur son parcours. Cheveux très courts, voix posée et dynamique, on sent une certaine expérience derrière elle mais aussi sa capacité à ne pas se laisser faire. Son engagement commence d’abord dans le milieu associatif « par phénomène de rejet par rapport à mes parents militants au Parti communiste », reconnait-elle. La naissance de son fils, en 1973, marque un tournant : « je me demande alors dans quel monde vont vivre nos enfants ». Installée dans une petite commune du Volvestre, Lacaugne, un projet de stockage de déchets nucléaires menace de voir le jour à quelques kilomètres de sa maison… « On a immédiatement crée une association de défense environnementale, finalement le projet s’est concrétisé dans la Creuse », raconte l’élue. Bavarde -comme elle l’avait prévenu en début d’entretien- elle enchaîne : « J’ai créé l’association ‘‘Volvestre écologie’’, et me spécialise sur la problématique des  déchets nucléaires, puis ménagers ». Elle participe à la création d’Ordimip (Observatoire régional des déchets en Midi-Pyrénées), mais aussi aux travaux du syndicat mixte pour la protection de l’environnement. En 1989, son investissement lui vaut d’être sollicitée par le maire de Lacaugne pour devenir conseillère municipale. « Il avait toujours dit qu’il ferait qu’un seul mandat et il a tenu parole », se souvient Françoise Dedieu-Casties. 6 ans plus tard, il lui propose d’être candidate et elle devient maire de Lacaugne. Entre temps, l’élue municipale a pris sa carte chez les Verts. En toute logique. Elle est réélue deux fois (sans candidat d’opposition en face) et décide de ne pas se représenter en 2014. Comme il lui est difficile de « couper totalement » avec son territoire, elle reste conseillère municipale, vice-présidente de la communauté des communes et du Pays du Sud Toulousain. « Cela peut s’apparenter à du cumul, mais j’ai gravi les échelons par militantisme et ouverture d’esprit, j’ai longtemps été la seule femme en milieu rural et j’ai été un peu la caution écolo et la caution féminine », explique-t-elle. Pour autant, la politique n’est pas son métier : « J’ai eu la chance de pouvoir conjuguer tous les pans de ma vie : ma vie privée, ma vie d’élue et ma vie professionnelle d’institutrice », confie-t-elle. Son combat écologique reste un fil rouge, autant à l’école où elle a pu réaliser de nombreux projets pédagogiques autour de l’environnement, qu’à la maison auprès de son époux également convaincu par la cause. A son sens, la politique, « c’est donner de son temps au service des autres, lorsqu’on en dispose ». En 1998, elle devient conseillère régionale d’opposition sous Marc Censi, mais marque une pause dans son engagement à la Région pour « des raisons professionnelles », lorsqu’elle intègre le Greta en Ariège. «Cela demandait un grand investissement alors j’ai préféré arrêter mon mandat mais je suis restée maire », précise-t-elle. Mais lorsque l’écologiste Gérard Onesta constitue sa liste pour les régionales 2010, Françoise Dedieu-Casties est une jeune retraitée prête à retrouver les bancs du Conseil régional. Elue au sein du groupe EELV, elle occupe depuis les fonctions de vice-présidente en charge du développement durable, de la transition énergétique et du développement durable. Et elle s’apprête aujourd’hui à repartir pour les régionales de décembre 2015 : « J’ai longtemps réfléchi car je vais avoir 62 ans, ce qui me laisse un certain nombre d’années utiles devant moi pour faire avancer les choses qui me tiennent à cœur ». Le combat écologique bien sûr, qui n’avance pas aussi vite qu’elle le souhaiterait… « Dans les années 80 – 90, il y a eu une prise de conscience sur l’avenir de notre planète, on pensait que les choses iraient très vite », avoue-t-elle. Mais un autre combat lui tient à cœur : la laïcité. Une valeur à défendre pour cette institutrice de métier formée à l’école normale de Toulouse, « c’est un petit peu les bonnes sœurs laïques », raconte celle qui n’hésite pas se qualifier d’ « anticléricale primaire ». Pour elle « la religion est un sujet tabou pour les politiques, tout comme la démographie, on est trop sur cette planète ! », lance Françoise Dedieu Casties, prête à secouer le cocotier de la sphère politique et en premier lieu dans son parti.

 

En trois dates :

1992 : Engagement chez les Verts

1995 : Elue maire de Lacaugne

2010 : Elue conseillère régionale (vice-présidente)

 

Travail : Comment mettre le sexisme au placard ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img