Du remous à la région !

élection DelgaLaborieux. Lundi 18 janvier s’est déroulée la deuxième assemblée plénière de la Région à Toulouse. L’ordre du jour était chargé et les débats ont duré 13 heures…

 

Le vote du règlement intérieur, des membres des commissions sectorielles, des membres du bureau de l’assemblée, des élus qui vont siéger dans les organismes extérieurs, la question du budget… Autant de points qui ont été débattus lundi dernier, non sans peine. « J’ai été frappé par le désordre de cette séance, qui a été interrompue à de nombreuses fois », note Dominique Reynié, « le comportement du FN très procédurier y est pour beaucoup, mais aussi la fragilité de la majorité. » Parmi les décisions importantes de cette session, le vote des indemnités a agité l’hémicycle : « Un concours d’inélégance sidérant », lance Gérard Onesta (EELV), président du bureau de l’assemblée. Carole Delga a proposé de ne pas augmenter les indemnités des élus alors que le plafond légal de la nouvelle région est plus élevé que celui en vigueur sous l’ancienne mandature, car il est fixé de manière proportionnelle au nombre d’habitants. « Je sais les difficultés des citoyens (…) les élus doivent montrer l’exemple », a-t-elle déclaré. La droite s’est chargée de préciser « que ce n’était pas l’intention initiale de la présidente », tandis que le FN, seul groupe à ne pas avoir voté cette disposition, a proposé de baisser les indemnités de 30%.

« Une assemblée préparée en 48h »

La sévérité accrue sur l’absentéisme des élus a créé le trouble dans la majorité. « Il a fallu s’expliquer avec les radicaux de gauche », reconnait Gérard Onesta, « mais cette règle est la traduction de l’accord que nous avons passé avec Carole Delga ». Le bureau de l’assemblée a également été élu lundi, mais ne contient aucun membre de l’opposition. « Un peu étrange lorsque l’on souhaite un renouveau démocratique », remarque Dominique Reynié. Gérard Onesta précise en effet que « le bureau se réserve le droit d’intégrer un représentant de l’opposition. » Le chef de file de la droite souhaitait en outre que la présidence de la commission des Finances soit attribuée à une personne de son groupe, mais s’est vu proposer la vice-présidence par Carole Delga. « J’ai préféré refuser, car c’est une fonction décorative, qui aurait pu donner le sentiment que la majorité pratiquait une politique d’ouverture », se justifie Dominique Reynié. Une assemblée « très technique », résume Gérard Onesta, « préparée en seulement 48h, car il fallait envoyer tous les documents aux élus concernant la séance 12 jours avant », précise-t-il.  Les prochaines assemblées plénières se dérouleront désormais à Montpellier, comme s’y était engagée Carole Delga.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.