[Dossier] L’ultra-droite locale s’organise

 

UNE jtoul-15-05-21 SYL

Hors-partis. Depuis le mouvement de « La Manif pour tous » une nouvelle droite est apparue sur nos écrans radar. Une ultra-droite catho très portée sur les débats sociétaux, et qui ne se reconnaît pas dans les partis classiques (Les Républicains comme le FN.) A Toulouse, son influence grandit. Explication de texte.

 

En novembre dernier Eric Zemmour faisait salle comble dans la ville rose. Un vif succès signé l’association « Face à face » présidée par Marie Coquelin (qui fut un temps coordinatrice toulousaine de « La Manif pour tous ».) Cette dernière est d’ailleurs devenue au fil du temps l’une des figures de cette ultra-droite catho toulousaine, et a récidivé lundi dernier en conviant dans notre ville l’édile bitérrois Robert Ménard : « Il n’y a pas la volonté de provoquer en invitant ce type de personnalités. C’est juste l’envie d’organiser des débats d’idées … », nous confie-t-elle. Car cette nouvelle droite est ainsi, elle se pose des questions et ne trouve pas de réponses dans les partis dits traditionnels : « Il y a la prise de conscience que les partis ne font pas tout », commente Romain Traissac, ancien responsable régional de La Manif pour tous. Il y a donc un peuple de droite qui ne compte pas forcément sur « Les Républicains » de Nicolas Sarkozy ou sur le « Rassemblement Bleu Marine » pour représenter leurs valeurs : « La réalité est que la gauche a une idéologie libertaire, claire et affichée sur les dossiers sociétaux qui touchent à la famille. En face, à l’UMP (désormais « Les Républicains », ndlr) comme au Front National d’ailleurs, il n’y a malheureusement pas de vision claire », ajoute Romain Traissac. C’est en se basant sur ce constat que cette autre droite tente de s’organiser via un certain nombre de structures telles « La Manif pour tous », « Civitas » ou « Alliance Vita » : « La parole est un peu moins verrouillée qu’auparavant. On ose désormais donner son opinion, c’est sans doute ce qui explique le succès des manifestations de rue ou des conférences que l’on organise », précise Marie Coquelin. Romain Traissac semble plus modéré : « Il y a eu un engrenage magnifique avec La Manif pour tous et son succès spontané, non prémédité. C’est un mouvement de bon sens, constitué de familles de différents milieux sociaux, mais qui n’ont pas vocation à forcément être des militants pour une cause politique … Ils étaient révoltés par cette loi (mariage pour tous, ndlr) et voulaient le faire savoir. »

Les liens politiques existent pourtant

Du côté de La Manif pour tous comme de Marie Coquelin on se défend d’avoir des liens avec un quelconque parti politique : « Je ne sais pas qui vient à nos débats », se défend même Marie Coquelin. Pourtant, dans le service d’ordre présent lundi soir à la salle Barcelone, on a clairement pu reconnaître des jeunes du mouvement « Génération identitaire » (cf photos) dont le slogan est : « Défends-toi chez toi ! » L’extrême-droite toulousaine ne serait-elle pas si éloignée que ça de l’ultra-droite catholique ? On peut le penser d’autant que nombre de militants du FN étaient également présents lors de ce « Ménard show » toulousain, et en premier lieu le secrétaire départemental du parti frontiste Julien Léonardelli. D’anciens membres du FN 31 ont rejoint il y a peu le Parti de la France de Carl Lang, lassés de la dédiabolisation initiée par la fille du l’ex-gourou en chef Jean-Marie. Or, Guy Jovelin, délégué régional de ce parti classé donc à la droite du FN, ne cache pas sa proximité avec Civitas (association bien connue travaillant à la restauration d’une France chrétienne) : « Nous les avons encore rencontré récemment et les points de convergence sont réels, même s’il y a des différences. Nous sommes un mouvement nationaliste et patriote, donc forcément la tradition chrétienne a toute sa place dans notre idéologie. »

Avec le Capitole ?

En avril dernier nos confrères de l’Express avaient publié le dossier, « Les réseaux de Moudenc », et avaient évoqué les possibles liens entre le maire de Toulouse et le milieu ultra-catho de la ville. Une chose est certaine, en 2012, Jean-Luc Moudenc a bien manifesté (cf photo) contre le mariage gay : « Il a été courageux de s’afficher à l’époque, car la droite était plutôt gênée sur ce sujet », confirme Romain Traissac. En novembre dernier deux de ses adjoints, Olivier Arsac et Marie-Pierre Chaumette, étaient dans le public lors de la venue d’Eric Zemmour … Le buzz avait été ainsi assuré. Pour Robert Ménard, aucun élu du Capitole n’était dans la salle. Un mot d’ordre avait-il été donné ? On peut le penser.

MOUDENC MANIF @FRANCK ALIX
En 2012 JL Moudenc était dans “La Manif’ pour tous” avec certains de ses adjoints actuels (MP Chaumette, JB de Scoraille et JJ Bolzan). Le maire de Lavaur B.Carayon était également présent.

 

Le + : Les cathos toulousains sont des opposants

Y a-t-il une puissance catho de nature occulte à Toulouse ? Telle est la question que nous avons posé à notre politologue, l’universitaire Stéphane Baumont : « A Toulouse les vrais catholiques se sont toujours construits dans l’opposition à une tradition occitane et cathare. Au vingtième siècle ils ont continué à s’opposer à l’histoire qui a fait Toulouse, celle qui s’est faite à travers le radicalisme et la franc-maçonnerie. Cette frange qui s’apparente désormais à une ultra-droite tente de devenir actrice de l’histoire via un mouvement sociétal national. Mais je ne crois pas en son réel développement dans cette ville… Ici l’intégrisme ne prend jamais. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.