mercredi 25 novembre 2020
Politique Départementales : Nouvelle vague

Départementales : Nouvelle vague

New look. Tous les partis s’apprêtent à présenter de nouvelles têtes à l’occasion de la campagne départementale. Crise nationale, départ d’Izard, effet Moudenc … Tout concourt au renouveau.

 

Les prochaines élections départementales de mars prochain vont tourner définitivement une page de l’histoire politique de notre terre occitane. D’une manière caricaturale, il s’agit de tourner celle qui avait été écrite depuis plus de deux décennies par un certain Pierre Izard : « Il a permis à la Haute-Garonne d’entrer dans une nouvelle dimension, et son action a été déterminante dans l’aide aux communes », nous explique Arnaud Simion, premier adjoint de Colomiers et candidat pour la première fois à l’assemblée départementale. Mais bien au-delà du symbole Izard, ce scrutin va également enfin voir émerger, à droite comme à gauche, de nouveaux visages. Comme si avec l’adieu du sphinx, toute une génération d’élus passait la main … Une réalité sans doute encore plus forte à droite et au centre : « Nous avons peu d’élus aujourd’hui au département, cela a donc favorisé le renouvellement. C’est d’autant plus vrai que Jean-Luc Moudenc a su imposer une nouvelle génération au Capitole avec sa victoire … On était dans le ronron socialiste, nous avons la capacité de tout faire sauter », s’enthousiasme Hervé Boco (UDI), l’un de ces nouveaux visages, déjà prêt à concurrencer Georges Méric sur le canton d’Escalquens. À gauche, la défiance vis-à-vis de la politique menée par François Hollande provoque une vraie scission qui va aujourd’hui jusqu’à un appel citoyen signé autant par des membres du Front de Gauche que d’EELV. Comme si une nouvelle génération de gauche se levait à l’occasion de ces départementales: « Il s’agit de poser les premières pierres d’une nouvelle démarche pour permettre aux citoyens de reprendre leurs affaires en mains », milite Manuel Bompard, secrétaire départemental du Parti de Gauche. Sur Colomiers, Arnaud Simion joue la carte de la fidélité au PS, tout en appuyant sur la nouveauté. Il fait d’ailleurs équipe, pour cette campagne, avec une jeune élue de 25 ans, venue de Pibrac, Camille Pouponneau : « L’attelage a du sens. C’est le signe que beaucoup de choses ont changé à un moment où les électeurs sont bombardés de messages négatifs », exprime le candidat socialiste. Manuel Bompard va plus loin : « Le système politique est périmé. » Hervé Boco renchérit : « La classe politique est sous l’eau. Elle a besoin de nouvelles têtes. » La crise favoriserait donc l’émergence d’une nouvelle génération.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport