[Coulisses] Une publicité douteuse…

Coulisses Pub Petit JournalCarton bleu. Dans son édition de la semaine dernière, l’hebdomadaire régional Le Petit Journal, a publié une publicité d’un mouvement européen créé par le Front national. Une parution qui fait tâche à deux mois des élections régionales.

 

« Schengen, ça suffit ! Stopper l’immigration massive ! » peut-on lire sur la publicité, qui est parue dans Le Petit Journal. Elle n’est pas passée inaperçue auprès de certains élus et journalistes locaux, qui ont partagé la photo de la page sur les réseaux sociaux. « Je trouve très choquant qu’à 2 mois des élections régionales, ils permettent une page entière pour une publicité d’un parti extrémiste qui traite par la démagogie un sujet sensible », commente notamment la socialiste Stéphanie Calas sur Facebook. En effet, le code électoral stipule que toute publicité partisane par voie de presse est interdite dans les six mois qui précèdent une élection. Or, le dédiabolisé se cache dans le détail. « Ce n’est pas une publicité du Front national, mais du groupe européen auquel appartient le FN : le MENL », précise le secrétaire départemental du FN 31. Le MENL, ou Mouvement pour une Europe des Nations et des Libertés, est en réalité, un mouvement créé en octobre 2014 par « Marine Le Pen et ses alliés (…) dans l’attente de la création d’un Groupe politique au Parlement », précise Aymeric Chauprade, chef de la délégation du FN au Parlement européen, dans un communiqué. Il s’agit « d’une structure commune extérieure au Parlement européen (…) qui comprend des représentants du Front National, de la Ligue du Nord, du FPÖ autrichien », poursuit-il. C’est donc cette structure qui a acheté une page de publicité au Petit Journal et non le parti.

« On constate que le FN avance avec un faux nez »

Alors, est-ce que cela peut être considéré comme une fraude au code électoral ? « On constate que le FN avance avec un faux nez, et se sert de ce mouvement européen comme d’un bouclier pour se protéger… L’infraction pourrait tout de même être caractérisée si le Procureur, en cas de plainte, arrive à prouver l’artifice de la manœuvre » selon l’avocat toulousain, Jean-Paul Escudier, « tout dépend des liens précis qui existent entre le FN et ce mouvement », poursuit-il. Le fait que le logo du Front national soit visible sur la publicité est déjà un élément probant : « Il peut servir à établir la manipulation », estime l’avocat.

Le Petit Journal, de son côté, ne souhaite pas commenter la décision de vendre cet encart publicitaire au MENL : « Il n’y a rien à dire, je m’en fous, on est un tout petit journal, on tape sur ceux qui sont dans la misère », se contente de dire Alain Paga, le directeur de l’hebdomadaire. Le Petit Journal connait en effet des difficultés financières, à l’instar de nombreux médias locaux. Est-ce une raison pour accepter toutes les publicités ? Rappelons qu’en août dernier, Le Petit Journal Catalan (qui appartient au même groupe basé à Montauban), avait engendré une polémique avec sa Une « A quoi servent les gitans de Perpignan ? ». Un titre volontairement provoc, comme l’a concédé Alain Paga à nos confrères de France 3 Midi-Pyrénées : « Quand on veut relancer un journal, il faut un peu de provocation ! » A méditer…

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.