samedi 5 décembre 2020
Politique Non, les élus toulousains ne se sont pas augmentés !

[Coulisses] Non, les élus toulousains ne se sont pas augmentés !

Fausse alerte. Lors de la campagne des départementales, un candidat avait jeté le discrédit sur l’équipe municipale en affirmant, délibération à l’appui, que les élus s’étaient augmenté de 50%. Explication de texte.

La semaine dernière, Pierre Cabaré, candidat centriste dissident aux départementales a tenu à témoigner sur un ‘‘incident’’ de campagne avec un autre candidat, Jean-Baptiste de Scoraille, qui est également adjoint au maire de Jean-Luc Moudenc. Lors de l’entretien, Pierre Cabaré nous fait part que  « les élus de la majorité Moudenc se sont augmentés de 50% », dans l’indifférence la plus totale. Des tracts ont même été distribués dans la ville pour dévoiler cette information… fausse. Le candidat s’est basé sur une délibération du conseil municipal en date du 11 avril : ‘‘Le Conseil Municipal retient la majoration de 50 % des indemnités du Maire, des Adjoints au Maire et Conseillers Municipaux en application des articles L.2123-22 et R.2123-23 du CGCT, relatifs aux communes chefs-lieux de département (25%) et aux communes classées stations de tourisme (25%)’’. Or cette disposition est votée à chaque début de mandat, « elle était déjà en vigueur sous Pierre Cohen et même avant », confirme l’élu d’opposition écologiste Antoine Maurice (ex adjoint au maire de Pierre Cohen). Pour chaque commune, les indemnités sont calculées en fonction de la taille de la ville. Donc, pas de scandale en vue.

Dans l’entourage du maire, on entend même que les adjoints actuels sont moins rémunérés que les précédents. Là encore, une explication s’impose. La municipalité dispose d’une enveloppe pour les indemnités des élus : « Ce montant peut évoluer mais a priori, il n’a pas changé avec la nouvelle mandature », selon Antoine Maurice. Une information que nous confirme une source proche de la municipalité actuelle. Le reste est une question de répartition entre les élus. Du temps de Pierre Cohen, « nous avions décidé de privilégier les adjoints au maire car on estimait qu’ils avaient besoin de se consacrer à plein temps à leur rôle d’élu, et par conséquent la majorité d’entre eux avaient délaissé leur activité professionnelle », explique François Briançon, ancien adjoint de Pierre Cohen, aujourd’hui dans l’opposition (groupe PS). Un adjoint était alors indemnisé à hauteur de 3200 € brut. Avec la nouvelle équipe, un rééquilibrage a été effectué entre les adjoints, les conseillers municipaux délégués et les maires de quartier. Ainsi, ils perçoivent quasiment tous la même indemnité. Actuellement, un adjoint au maire touche 2199€ brut par mois, et la plupart d’entre eux ont conservé leur activité professionnelle. Deux mandatures, deux visions du rôle de l’élu. Même si pour le ‘‘contribuable toulousain’’, rien ne change. En revanche, au niveau de la métropole, l’enveloppe budgétaire consacrée aux élus a baissé d’environ 20%.

 

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport