samedi 24 juillet 2021

Contact

Politique Les Verts sous tension…

[coulisses] Les Verts sous tension…

MESENTENTE. A Europe Ecologie Les Verts, les élections régionales se préparent et ce n’est pas de tout repos. En plein processus de désignation des candidats sur les listes départementales, trois élus régionaux ont jeté un pavé dans la marre…

La tribune de trop ? En tout cas, le texte paru dans Médiapart signé par François Simon (élu EELV), Gérard Poujade (élu qui vient de quitter le PS) et Guilhem Serieys (élu Parti de Gauche) a « secoué le cocotier chez les Verts », avoue François Simon. Cela fait plusieurs mois que les écologistes ont engagé leur processus interne pour désigner les candidats de la future liste menée par Gérard Onesta : « On était en train de se fermer sur nous-même », remarque François Simon. Inquiet, il a co-signé la tribune pour que son parti « s’insère dans la démarche de rassemblement citoyen qui se prépare». Suite à l’Assemblée générale d’EELV, qui a eu lieu samedi dernier, il se dit aujourd’hui « entièrement satisfait de la motion votée à l’immense majorité qui appelle à travailler avec le Parti de gauche notamment.» Conscient que sa tribune « a interpellé, voire agacé », il estime qu’elle a eu l’effet voulu « car elle nous a permis de nous ressaisir et  je retrouve EELV dans la démarche que j’aime ». Certains ne le voient pas tout à fait de cet œil : « J’ai trouvé cet appel de trois élus pour une démarche citoyenne un peu étrange, les citoyens n’ont pas besoin d’eux pour s’organiser » raille Guillaume Cros, président du groupe EELV à la Région, « cette tribune est plus contreproductive qu’autre chose ». Gérard Onesta la joue plus ‘‘fairplay’’ en comprenant la volonté des uns et des autres. « Guilhem Serieys a affirmé la volonté de ne pas oublier la mécanique citoyenne ; François Simon a voulu rappeler qu’on était un parti ouvert et je l’ai rassuré de vive voix samedi dernier ; quant à Gérard Poujade, c’est un élu qui est aujourd’hui tout seul et qui cherche à exister » décortique-t-il. Pas d’inquiétude pour la tête de liste, « j’ai toujours été dans une logique de rassemblement, en témoigne ma liste en 2010 où 50% des candidats n’étaient pas EELV », rappelle-t-il. Les premiers candidats désignés pour être sur les listes de chaque département « représentent un vivier de candidat mais il n’y a pas de têtes de liste », affirme-t-il. Pourtant, ils sont classés par ordre (soit avec un numéro 1) « mais cela concerne seulement EELV, on pourra intégrer les autres composantes du rassemblement. » Pour François Simon, « ce ne sera pas si simple de dire à un premier de la liste EELV qu’on met quelqu’un d’autre en tête de liste… » Tout cela va se négocier d’ici septembre. L’été promet d’être chaud…

 

Travail : Comment mettre le sexisme au placard ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img