jeudi 3 décembre 2020
Politique Panique à la Région !

[Coulisses de l’info] Panique à la Région !

Confusion. La Région ressemble à une fourmilière qui s’affole en ce début septembre, écrasée par l’incertitude autour de la fusion et des élections.

A peine rentrés de vacances, les élus et leurs collaborateurs ont du pain sur la planche. L’année 2014-2015 s’annonce chargée entre la fusion des régions et les campagnes électorales. Avec un gouvernement qui change de tête et d’avis tous les quatre matins, les sénatoriales qui pourraient changer la donne et une réforme qui n’est pas encore approuvée en deuxième lecture… Tout peut encore bouger ! Autant dire qu’au Conseil régional, c’est la panique.

« Selon les derniers bruits qui courent, les élections devraient avoir lieu entre mars et juin 2015 », apprend-on dans les couloirs de la Région, ce qui fait que nous entrerions dès maintenant en période électorale. » Sauf que personne n’est prêt, ni à droite, ni à gauche. « Comment bâtir un programme quand on ne sait pas sur quel territoire on va faire campagne, ni quelles seront les futurs compétences et moyens alloués aux régions ? », s’inquiètent les collaborateurs du groupe d’opposition Osons Midi-Pyrénées. Leur boulot maintenant : « Imaginer tous les scénarii, faire de la veille juridique et d’actualité pour conseiller aux mieux les élus. »

« Il va falloir se retrousser les manches »

A gauche, même si on l’avoue moins facilement, la même incertitude règne. La fusion va être « un chantier de taille et nous avons pris du retard car le Languedoc-Roussillon jusqu’à présent ne voulait pas en entendre parler. » Chez nos voisins, la succession de Christian Bourquin (décédé le 26 août dernier) va être déterminante dans les prochaines négociations. Damien Alary, président du Conseil général du Gard serait favori. Ce qui ne présage rien de bon pour Midi-Pyrénées quand on sait que le Gard lorgne la région PACA… « Dès qu’on sera fixé, il va falloir se retrousser les manches, on n’a plus de temps à perdre. L’harmonisation des politiques menées, des budgets et des dispositifs mis en place ne va pas se faire en six mois », alerte un proche de Martin Malvy.

Quant aux prochaines listes, si tout le monde y réfléchit, chacun sait qu’il faudra composer avec les élus et les ambitions du Languedoc-Roussillon. Sachant qu’il n’y aura pas de place pour tout le monde. Un vrai jeu de chaises musicales s’annonce ! Inconnue de taille dans l’équation : les intentions de Martin Malvy. Les récents changements dans son équipe proche font jaser… Fin juillet, le président de Région s’est séparé de son directeur de cabinet, Philippe Joachim, qui a passé dix ans à ses côtés. Il a cédé sa place à Hugo Douard pour prendre le poste de directeur de la communication, des relations extérieures et internationales. « Philippe Joachim a largement contribué au succès de Martin Malvy. On ne change pas de directeur de cabinet un an avant les élections si on a prévu de se représenter… », nous a-t-on murmuré entre deux portes.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport