dimanche 29 novembre 2020
Politique Quelle fusion pour Midi-Pyrénées?

[CLASH] Quelle fusion pour Midi-Pyrénées?

 

 

Jean-Louis GUILHAUMON Vice-Président Région Midi-Pyrénées en charge des politiques territoriales, de l’économie touristique et du thermalisme

“La fusion de Midi-Pyrénées et de Languedoc-Roussillon ouvre de véritables perspectives. Nous sommes convaincus que fusionner des périmètres géographiques ne signifie nullement nier nos identités respectives et les spécificités de nos territoires. Il s’agit plutôt de faire jouer les complémentarités et les synergies entre nos régions et leurs acteurs pour mieux répondre demain, à l’ensemble des enjeux et des défis économiques et sociaux que nous avons à relever. Cette fusion nous offre également les moyens de faire jeu égal avec nos voisins européens, je pense pour nous à la Catalogne. La future Région Midi-Pyrénées / Languedoc-Roussillon comptera 5,6 millions d’habitants, quand la Catalogne en compte un peu plus de 7 millions. Nous serons la 10ème Région la plus peuplée au niveau européen. Sur le plan économique, cette fusion accentuera notre compétitivité : nous pèserons 144 milliards d’ € de PIB, nous rapprochant ainsi de la Catalogne avec ses 200 milliards d’€. Par ailleurs, il va de soi que nous souhaitons poursuivre également les politiques de collaboration que nous soutenons depuis de nombreuses années avec l’Aquitaine. Cette fusion, c’est une chance que nous devons saisir pour fonder un grand ensemble d’une puissante équivalente à celle des grandes Régions voisines !”

 

Jacques THOUROUDE, Président du groupe d’opposition « Osons-Midi-Pyrénées » au Conseil régional de Midi-Pyrénées.

 

“Dès l’annonce de ce projet de réforme, les élus de la droite et du centre du Conseil régional de Midi-Pyrénées n’ont cessé de répéter que la question du découpage géographique était secondaire. Pour nous, le véritable enjeu de cette nouvelle étape de la décentralisation demeure avant tout celui de la définition précise des compétences des différentes collectivités et, bien entendu, des moyens financiers que l’on décide d’affecter à l’exercice de ces compétences. Cela étant dit, puisque le Président de la République et le Gouvernement ont décidé de mettre la charrue avant les bœufs et de se lancer sans méthode dans ce redécoupage, examinons notre situation. Dès le printemps, nous avons milité pour une grande région du Sud associant Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Face au refus de toute fusion de la part de Languedoc-Roussillon, nous avons alors plaidé pour un rapprochement avec Aquitaine, Région avec laquelle nous partageons déjà nombre de coopérations : pôles de compétitivités (Aerospace Valley et Agri SudOuest), LGV, marque Sud-Ouest France, etc. Force est de constater que ni ces évidences, ni l’avis des élus régionaux n’ont eu d’écho au sommet de l’Etat.”

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport