mercredi 25 novembre 2020
Politique Clash : Pour ou contre la suppression du département ?

Clash : Pour ou contre la suppression du département ?

Chaque semaine, deux personnalités s’affrontent sur une question posée par la rédaction, en l’occurrence : Pour ou contre la suppression des départements ?

 

Jean-Michel Fabre, conseiller général PS du canton 4 de Toulouse

“En 2015, le Conseil départemental succèdera au Conseil général. Trois évolutions sont alors possibles : spécialisation, découpage (dans et hors métropole…) ou disparition programmée. Se spécialiser pour plus d’efficacité et de clarté est, pour moi, le chemin à poursuivre pour éviter 3 risques: surcoûts, dégradation des services publics, recul démocratique. Ce Conseil départemental devra se mobiliser autour de 3 missions : 1.      Assurer les solidarités intergénérationnelles : protection de l’enfance, accompagnement des personnes âgées, autonomie des personnes handicapées et insertion des personnes en difficultés. Eclater ce bloc social entre acteurs inexpérimentés serait une erreur. 2.      Poursuivre un aménagement équilibré et durable du département en accompagnant les projets des territoires, en jouant les complémentarités et en réduisant les inégalités structurelles. 3.      Coordonner la réalisation et l’entretien des infrastructures indispensables à nos sociétés modernes en valorisant savoir-faire et synergies (gestion de l’eau, réseaux numériques…). Alors que les fractures sociales et territoriales se creusent, les Hauts-Garonnais ont besoin, aux côtés d’une grande Région, de Conseils départementaux de proximité, à même de relever le défi environnemental et de garantir les solidarités qui fondent notre pacte Républicain.”

 

Frédéric Lacaze, membre du bureau de l’UDI et secrétaire général Nouveau Centre 31

Il faut en finir avec les enchevêtrements, les doublons et les confusions de « notre organisation territoriale », ce grand serpent de mer, qui vient et revient année après année. Les départements, archaïques dans leur découpage territorial datant de 1790 sont à bout de souffle. Mais la suppression doit se faire avec mesure et précaution car on ne peut pas traiter de la même façon les territoires urbains et les ruraux. Si Toulouse doit devenir une Métropole européenne ayant la capacité de se mesurer aux autres métropoles telles que Barcelone, Hambourg ou Rome, il ne faut pas sous estimer les territoires ruraux. La France des villes ne doit pas être un bloc contre la France des champs mais elles doivent être complémentaires avec une péréquation financière entre les différents territoires. Un jeune d’un petit village commingeois doit avoir les mêmes chances qu’un jeune d’un quartier toulousain. En effet, la proximité des services publics n’est jamais abordée et les habitants des campagnes ont autant besoin d’hôpitaux, de Pôle Emploi, de la Poste qu’en ville. Il faut donc que dans le cadre de la réforme territoriale, la suppression des départements puisse être compensée, au niveau rural par la création d’intercommunalités solides et intégrées. Mais tout cela ne pourra être fait qu’après avoir organisé des Etats Généraux des Territoires comme le demande l’UDI.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport