Casa Nova, remous en interne

casa nova  @T.DAC PHAT

Facebook. Sur les réseaux sociaux la gauche toulousaine s’explique et se livre à des joutes pas toujours contrôlées.

 

Le 20 novembre dernier le collectif Casa Nova, issu de la gauche toulousaine, se dévoilait dans le JT, après avoir avancé masqué durant plusieurs mois sur les réseaux sociaux : « Nous sommes pour beaucoup investis dans le monde politique, et nous ne voulions pas que cela empêche notre travail d’être lu avec attention et objectivité », nous expliquait alors Rémi Vincent, l’un des porte-parole. Il y a quelques semaines, le mouvement avait même organisé avec un franc succès  une conférence à l’Utopia. La fusée était lancée … Et puis le week-end dernier les choses se sont envenimées, sur la base d’échanges peu courtois entre les uns et les autres. Le point de départ est un post facebook du socialiste François Carbonnel : « Casanova ne passera pas l’hiver… », référence très second degré à l’entraîneur du TFC. Aussitôt les réactions se sont enchaînées sur le mur de l’intéressé et le président de Casa Nova, Jérôme Bonnemaison  a notamment attaqué tour à tour, les socialistes Cécile Payan et Marc Sztulman, ainsi que le responsable local du MUP (mouvement unitaire progressiste) Charles Hue. Ce dernier reste encore circonspect face à ces attaques : « Cette fois-ci il a dépassé les bornes, et je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi les cadres de ce mouvement n’ont pas réagi … J’en connais beaucoup et j’avoue que cela me fait bizarre. » Nous avons contacté Xavier Bigot, porte-parole casanovesque pour essayer de démêler le vrai du faux : « Jérôme s’est exprimé en son nom, et non pas en tant que président de l’association. La réalité est que cette histoire fait sans doute le buzz car notre démarche inquiète et dérange. Vous remarquerez que beaucoup des personnes qui se sont senties attaquées appartiennent au PS. Ce n’est sans doute pas un hasard, cela ne tombe pas du ciel. » Une réponse qui ne semble pas vraiment convaincre Charles Hue : « Il est le président et engage donc la crédibilité de l’organisation. Je ne comprends pas que certains défendent l’indéfendable. » Depuis, un bureau de l’association s’est réuni et Jérôme Bonnemaison a présenté sa démission : « Il a fait le choix de se retirer pour le moment, de prendre un peu de distance. Mais il va tout de même continuer à nous soutenir et à nous aider », nous confie Xavier Bigot. En interne, il semblerait que les propos du désormais ex-président aient provoqué le trouble. Le socialiste Rémi Demersseman-Pradel et l’écologiste Sophie Nicklaus notamment n’auraient pas apprécié, et auraient fait part de leur envie de quitter le mouvement. Rémi Vincent, lui aussi  porte-parole, aurait quant à lui demandé à l’équipe de tourner vite cette mauvaise page … La semaine prochaine une AG se profile, le climat devrait y être très tendu car certains ne devraient pas hésiter à demander des explications. Malgré cet épisode Xavier Bigot reste confiant pour Casa Nova : « Nous continuons à produire et à proposer. Nous venons de publier un texte sur la loi Macron et Jérôme Bonnemaison y a largement participé. » Est-ce le début d’un feuilleton de plus au sein de la gauche toulousaine ?

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.