Archipel Citoyen se prépare à une fusion de la gauche au deuxième tour des municipales

Les adhérents d’Archipel Citoyen ont décidé de la stratégie à suivre, le soir du 15 mars prochain, pour une éventuelle fusion de la gauche au deuxième tour du scrutin toulousain.
archipel Citoyen Antoine Maurice
© Archipel Citoyen
Archipel Citoyen se positionne sur la ligne de départ. Au lendemain du dépôt de leur liste en préfecture, les adhérents du mouvement ont entériné la stratégie à suivre en vue du deuxième tour des municipales de mars. « Il y a eu un vote de confiance, un plébiscite, au sein d’un vrai forum démocratique. Cela prouve une maturité politique qui est de bon augure », s’enthousiasme Maxime Le Texier, cofondateur et porte-parole. La motion qui a été adoptée prévoit la nomination de 15 personnes qui représenteront le collectif au soir du 15 mars prochain, à la table des négociations, dans l’hypothèse ou plusieurs listes de gauche seraient qualifiées. « Vu l’ampleur qu’a pris notre mouvement, nous avons conscience de notre responsabilité pour battre la droite et l’extrême droite. Et nous nous mettons en capacité d’aborder la fusion », annonce Maxime Le Texier.

Un fonctionnement démocratique, mais contraignant

Comme cela se pratique dans les pourparlers internationaux, « il y aura un front et un back : trois ou quatre membres de la délégation mèneront les débats et la douzaine d’autres, en retrait, donneront ou non leur consentement aux propositions qui seront faites. S’il y a une seule objection parmi eux, alors, il faudra rediscuter ». Pour éviter toutefois qu’un tel fonctionnement ne ralentisse les échanges, « les personnes seront sélectionnées sur leur connaissance du programme, leur capacité à négocier et à tenir la pression. Elles vont préparer ensemble cette soirée pendant 15 jours et seront toutes sur la même ligne. Je suis confiant sur la manière dont cela va se dérouler », indique celui qui est en cinquième position sur la liste alternative.

Les conditions de la fusion

Sur le fond, trois conditions seront posées à une alliance avec les autres listes de gauche, celle menée par Nadia Pellefigue (Une) ou celle de Pierre Cohen (Pour la cohésion). À commencer par l’adhésion au programme du collectif : « Il n’y aura pas de ligne rouge, mais des lignes de forces majeures à respecter », précise le porte-parole. Bien qu’elle pourra accueillir des membres des formations concurrentes, l’ordre de la liste d’Archipel citoyen sera non négociable : « Nous ne voulons pas de tripatouillage à l’ancienne ». Et le strict code éthique du mouvement devra convenir à tous les partenaires. « S’ils ne sont pas raisonnables et ne prennent pas les engagements nécessaires, nous refuserons la fusion. Ce n’est pas parce que nous l’envisageons que nous délivrons pour autant un blanc seing. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.