vendredi 4 décembre 2020
Politique Marche républicaine : « Etre debout sans l’écharpe, c’est toujours être...

[A la loupe] Marche républicaine : « Etre debout sans l’écharpe, c’est toujours être debout »

©Patrice Nin

Samedi dernier, près de 120 000 personnes ont marché dans les rues de Toulouse en hommage aux victimes de Charlie Hebdo. Les élus toulousains étaient au rendez-vous… avec ou sans l’écharpe.

Jean-Luc Moudenc avait invité les élus de tout bord politique à marcher dans les rues de la ville, écharpe sur l’épaule. L’écharpe, symbole de la République. Celle-là même qui a été atteinte par les attaques terroristes de Charlie Hebdo. L’image est parlante. « Dans ce cas précis, il était important de la porter pour montrer que les élus étaient unis, et pour affirmer la force de notre système démocratique français », avance Sacha Briand, vice-président de Toulouse Métropole (UMP), « pourtant je n’ai pas pour habitude d’utiliser les symboles du mandat à tort et à travers », précise-t-il. A contrario, d’autres ont préféré s’en passer pour cette journée de recueillement. Le trublion écologiste Patrick Jimena, conseiller général de Haute-Garonne, a laissé son écharpe dans sa poche : « J’ai eu envie d’être un simple citoyen, j’avais le devoir d’être là au même titre que tous les gens qui se sont mobilisés, sans signe distinctif ». Autre argument, non négligeable : « Je ne voulais pas qu’on m’accuse de récupération, j’étais dans une démarche personnelle. Être debout sans l’écharpe, c’est toujours être debout ». Pour autant, il ne porte aucun jugement sur ceux qui ont préféré défiler avec. « J’ai juste été étonné d’apprendre que les élus ont fait un décrochage dans la marche pour aller déposer une gerbe au monument aux morts, il aurait fallu le faire avec des journalistes, dont la profession a été visée, des policiers, des représentants des cultes… » remarque-t-il. A bien regarder l’ensemble des élus présents, il semble qu’il n’y ait aucune corrélation entre le port de l’écharpe et l’appartenance politique. Du communiste Pierre Lacaze à Marie-Pierre Chaumette (MPF) en passant par le premier secrétaire fédéral du PS, Sébastien Vincini, l’écharpe était de mise. En revanche, le président de Région Martin Malvy (PS) tout comme le président du Conseil général du Tarn et Garonne, Jean-Michel Baylet (PRG) ne la portaient pas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport