lundi 2 août 2021

Contact

Politique Au PS 31 la tension monte d’un cran

[A LA LOUPE] Au PS 31 la tension monte d’un cran

Calendrier. Le tout nouveau patron du PS 31, Sébastien Vincini, va devoir tenir bon à la barre… Les échéances à risques se bousculent pour la gauche haut-garonnaise.

 

En mars les élections départementales déboulent. Mais le calendrier réserve d’autres surprises du côté des socialistes. En effet, Solférino, qui a sans doute déjà acté une défaite nationale sur les départementales, prépare en sous-main la suite … mais provoque en conséquence du tumulte en local. Entre les 22 et 28 janvier prochains, les candidats pour être chef de file aux régionales vont devoir se dévoiler. Une précipitation qui semble ne pas convaincre la députée Monique Iborra : « J’ai regretté encore une fois que la désignation pour les têtes de liste régionales se fasse au cours des élections départementales, presque en catimini….. » Comment donc expliquer la posture de la parlementaire ? Deux possibilités : 1/ Monique Iborra songe elle-même à l’échéance et souhaite briguer la succession de Martin Malvy 2/ Elle fait monter la pression pour être en très bonne place sur la future liste, et ainsi espérer une vice-présidence. Car aujourd’hui Monique Iborra ne fait pas forcément partie des plans de Solférino … Selon des antennes parisiennes, la secrétaire d’état Carole Delga est la favorite du moment, d’autant qu’elle connaît bien la maison. Mais c’est sans compter les discussions avec un PRG qui souhaite imposer Didier Codorniou, actuel vice-président de Languedoc-Roussillon. La pression est donc maximale au PS, d’autant que personne ne sait encore quel est le plan exact d’un certain Martin Malvy … Retraite ? Ticket et entente avec Delga et Codorniou ? Et pendant ce temps-là certains au PS 31 sont déjà en préparation du prochain congrès prévu en juin. La preuve : les acteurs locaux du mouvement frondeur « Vive la gauche » organisent une réunion publique à Toulouse le 14 janvier prochain. Benoît Hamon sera présent à la tribune : « On ne sait pas encore si cela est le signe d’une motion en préparation », nous confie un cadre du PS 31. Certes, mais cela prouve que localement certains y pensent sans doute. Les départementales ne sont donc définitivement pas la seule préoccupation des socialistes toulousains. Le signe d’un malaise ? Peut-être.

 

Travail : Comment mettre le sexisme au placard ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img