jeudi 29 juillet 2021

Contact

PodcastESSKOEO, les collectivités locales s’intéressent au mécénat de compétences

KOEO, les collectivités locales s’intéressent au mécénat de compétences

Koeostructure pionnière du mécénat de compétences en France travaille actuellement et pour la première fois avec des collectivités locales (Villeurbanne et Est Ensemble Grand Paris) sur un programme de mécénat de compétences. Deux mois après son lancement nous avons eu envie de savoir quels étaient les premiers retours et plus globalement nous intéresser aux intérêts et aux enjeux du mécénat de compétences. Un dispositif qui permet aux collaborateurs d’une entreprise de consacrer 1 jour, 1 semaine ou 1 mois à un projet d’intérêt général en apportant leur expertise à des associations qui n’ont pas les moyens de rémunérer leur compétences.

Si le mécénat financier reste le modèle très largement pratiqué par les entreprises, la part consacrée au mécénat de compétences (qui lui aussi est défiscalisé) augmente et répond aux besoins des associations de plus en plus en mal de ressources.

Jean-Michel Pasquier, le fondateur et CEO de KOEO, entreprise d’accompagnement de mécénat de compétences et d’une plateforme numérique consacrée au déploiement de programmes nous explique en quoi ce concept peut apporter des solutions concrètes et efficaces aux entreprises, aux associations, aux salariés et notamment aux collaborateurs seniors. Cette catégorie étant la plus concernée par les problématiques de reconnaissance de compétences dans un monde du travail où avant 30 ans l’on est trop jeune et après 40 l’on est trop vieux !

Outil de gestion RH, défiscalisation, dons d’expertise pour les associations, communication, satisfaction des salariés qui accomplissent ces missions, le mécénat de compétences représente assurément un enjeu et des intérêts multiples si son développement se conjugue avec l’intérêt général qui est historiquement sa première vocation.

JMP : “Une entreprise aujourd’hui a tout intérêt pour plein de raisons RH à pratiquer du mécénat de compétence. C’est je pense une tendance de fond de pouvoir se dire que l’on peut monter un projet économique en intégrant et en associant les parties prenantes. L’on pourra résoudre les problèmes sociétaux qu’en partant de ce postula là de se dire mélangeons l’économie et l’intérêt général et faisons que chaque actions que l’on mène au niveau de la production aient un effet vertueux ou en tout cas ne créées pas de dommages collatéraux qui finalement viendrait à l’encontre de mon objectif. Avant de penser à faire le bien essayons de ne pas faire le mal.”

 

 

Travail : Comment mettre le sexisme au placard ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

Michel Baylac

Pick and Boost

spot_img