mardi 27 juillet 2021

Contact

PodcastESSEntreprises à mission, RSE, une ambition ou un paravent vertueux !

Entreprises à mission, RSE, une ambition ou un paravent vertueux !

Denis CLERC, économiste, Fondateur d’Alternatives économiques, aujourd’hui conseiller de la rédaction, est un homme de conviction qui n’hésite pas à aller sur le terrain pour discuter, partager ou confronter ses idées. Ce fut le cas récemment à Toulouse lors d’une rencontre organisée par le MES Occitanie avec le soutien de Toulouse Métropole et du Grand procès de la RSE, événement organisé par un ensemble de partenaires (CJD, L’institut Catholique de Toulouse, le MEDEF, Planet’RSE, FACE, la CCI Occitanie, le MES Occitanie…).

L’occasion de demander à celui qui est tombé dans la marmite de l’économie à l’âge de 20 ans ce qu’il pense de l’enseignement de l’économie aujourd’hui, de la raison d’être des entreprises, de l’ESS et notamment des entreprises à mission et de la RSE.

Un secteur qui prend de plus en plus d’importance dans la vision des entreprises en parallèle, en synergie ou en confrontation avec à une montée en puissance de l’économie sociale et solidaire porté par un statut et des valeurs qu’elle assume, défend, revendique, propose pour construire et/ou coconstruire l’entreprise comme un projet sociétal qui répond aux défis auxquels nous sommes confrontés.

Depuis l’arrivée en Europe du label B-Corp et de la loi Pacte en France qui permet aux entreprises qui le souhaitent de se transformer en entreprise à mission en intégrant dans leur statut un objectif d’ordre social et environnemental le secteur est en train de s’organiser. A l’image de la MAIF dont le Président vient d’annoncer le désir de devenir une entreprise à mission “ce n’est pas un renoncement à notre modèle mutualiste, mais une réaffirmation de celui-ci.”

De l’ESS à la RSE en passant par les entreprises à mission celui qui analyse l’économie depuis le début des années 60 nous apporte son regard sur l’émergence de ces nouveaux modèles. Des modèles qui naviguent parfois entre une bonne volonté sincère et pertinente et un art de brouiller les cartes qui relève de l’affichage de com avec une différence fondamentale entre les principes affichés et les pratiques réelles.

Sans oublier de demander à celui qui a écrit il y a quelques années La France des travailleurs pauvres quels sont pour lui, les dangers qui guette l’économie : croissance des inégalités, financiarisation… ?

D’une certaine manière cette RSE, du fait qu’elle prend plus d’ampleur au moins dans le code civil, va permettre de dénoncer ces faux semblants plus facilement que ce n’est le cas aujourd’hui. Mais cela ne veut pas dire que dans la réalité toutes les entreprises vont servir de faux semblants de ce que j’appelle ce paravent vertueux et j’ose espérer que pour un certain nombre d’entre elles il y aura une modification dans la façon de gérer leurs objectifs sociaux.

 

Travail : Comment mettre le sexisme au placard ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

Michel Baylac

Pick and Boost

spot_img