Un colloque pour préserver la biodiversité en Haute-Garonne

Le Département organisait un colloque sur la biodiversité ce vendredi 29 novembre. La journée était marquée par la présence de Jean Jouzel, climatologue et glaciologue reconnu internationalement.

Colloque biodiversite

Mobilité, agriculture, préservation de l’eau et des espèces. C’est autour de ces axes de réflexion que se déroulait le colloque “Biodiversité sur son 31, un bien à protéger”, organisé par le Conseil départemental ce vendredi 29 novembre. À cette occasion, la collectivité en a profité pour dévoiler son projet écologique.

Au menu, l’ouverture d’une Maison de la biodiversité au cœur de la forêt de Buzet-sur-Tarn, début 2020. Un “Atlas des paysages” est aussi en développement, afin d’aider les collectivités à identifier et à sauvegarder leur patrimoine. Pour préserver l’eau, le Département présentera en janvier son plan Garon’Amont, prévu pour protéger les zones humides et l’exploitation de gravières le long de la Garonne. Priorité aussi aux circuits courts pour les cantines scolaires et à l’aménagement des pistes cyclables. Des projets qui s’inscrivent dans le programme d’actions pour l’environnement du Département, qui y aura consacré 150 millions d’euros sur la période 2017-2020.

« Une transition porteuse pour l’économie »

C’est aussi pour conforter cette politique que la collectivité avait convié Jean Jouzel à prendre la parole lors du colloque. Médaille d’or du CNRS en 2002, vice-président du groupe scientifique du Groupe international des experts sur le climat (Giec), membre de l’Académie française des sciences et de l’Académie américaine de recherche scientifique, ce spécialiste reconnu siège également au Conseil économique, social et environnemental.

Après avoir consacré quatre décennies à la recherche sur le climat il apparaît comme un témoin privilégié de la crise écologique et de l’inaction générale pour réduire le phénomène : « Le message porté dès 1990 par le premier rapport du Giec n’a pas été pris en compte. Des traités ont été signés depuis, mais les actions au jour le jour n’ont pas suivi. Aujourd’hui, je suis impliqué avec les décideurs politiques. On sent une vraie prise de conscience de la part du grand public. » Jean Jouzel constate d’ailleurs que l’équilibre entre écologie et santé économique est désormais au cœur du débat public. Et il n’y voit rien d’antinomique : « La transition doit être porteuse pour l’économie. Nous devons la faire, car la jeune génération n’accepte plus l’inaction. Soit on limite, soit on subit. »

Mathieu Yerle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.