lundi 8 mars 2021
Actualités Un Conservatoire d’espaces naturels va bientôt voir le jour à l’échelle de...

Un Conservatoire d’espaces naturels va bientôt voir le jour à l’échelle de l’Occitanie

Avant l’ouverture du séminaire national qui se déroule à Sète du 2 au 5 octobre, les Conservatoires d’espaces naturels (CEN) de Lozère, de Midi-Pyrénées et du Languedoc-Roussillon se réunissent pour travailler à la construction du futur CEN Occitanie.

Depuis près de 40 ans, le réseau des Conservatoires d’espaces naturels, principalement constitué d’associations, contribue à préserver notre patrimoine naturel et paysager par leur approche concertée et leur ancrage territorial. Il protège et gère au total plus de 3 400 sites dont plus 1 200 sont ouverts au public, accueillant près de 6 millions de visiteurs. 1 000 salariés interviennent ainsi sur 180 000 hectares d’espaces naturels dans près d’une commune sur dix en France.

Ces structures participent notamment à l’élaboration dans chacun d’entre eux des Trames vertes et bleues (réseau de zones garantissant la biodiversité) et tissent des relations partenariales avec l’ensemble des acteurs de la biodiversité.

Horizon 2020 pour les fusions des CEN d’Occitanie

À l’heure actuelle, ce réseau est composé de 29 conservatoires, mais il ne devrait bientôt en rester que 27. En effet, à la demande de la Région, les CEN de Lozère, de Midi-Pyrénées et de Languedoc-Roussillon travaillent maintenant à leur prochaine fusion. Avant d’accueillir les 400 participants au séminaire national de la fédération qui se déroule du 2 au 5 octobre à Sète, les trois entités se réunissent pendant deux jours pour définir les modalités de ce rapprochement. Présidents, directeurs, salariés et administrateurs contribueront ensemble à la construction du futur CEN Occitanie.

S’il n’est pas question de recentraliser le fonctionnement – chaque territoire gardera une antenne et ses propres missions – ce regroupement, qui devrait aboutir en 2020, est présenté comme une opportunité de remobiliser les bénévoles de l’environnement.

Nicolas Mathé
Pigiste, il a observé l’actualité pour différents titres de la presse écrite locale et nationale pendant presque 10 ans, avant d’intégrer la rédaction du journal en février 2018 pour se consacrer exclusivement à la quête des solutions de demain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport