Abelio : des drones solaires pour réduire l’utilisation des pesticides

Utiliser un drone solaire équipé d’un capteur pour surveiller les cultures agricoles et limiter l’utilisation de pesticides, voilà l’objectif de la start-up toulousaine Abelio.

Le drone d'Abelio permet de surveiller les cultures pour limiter l'utilisation des pesticides
©Abelio

Abelio est une jeune start-up toulousaine, qui œuvre depuis 2018, pour proposer une solution de surveillance quotidienne des cultures agricoles. « Notre but est d’optimiser l’utilisation des ressources et des produits phytosanitaires, afin que les consommateurs aient accès à une alimentation plus saine », explique Nicolas Déjean, le responsable marketing et commercial d’Abelio.
Pour effectuer cette surveillance, la société a mis au point un dispositif technologique innovant : à chaque vol, un drone solaire embarque un capteur multispectral capable de détecter des données invisibles à l’œil nu, comme les maladies. Ces données sont récoltées et croisées grâce à un logiciel fonctionnant avec l’intelligence artificielle. « Ensuite, nous fournissons à l’agriculteur un compte rendu précis de ce qui se passe dans ses parcelles. Cette technique permet aux exploitants de gagner du temps et de réduire leur utilisation des pesticides », précise-t-il.
Avant de concrétiser ce projet, Abelio est parti du constat que les agriculteurs ont des exploitations de plus en plus grandes mais de moins en moins de temps pour les traiter. « De ce fait, comme ils n’ont pas d’autres solutions pour lutter contre les maladies par exemple, ils appliquent des traitements de manière préventive sur toute la parcelle, alors que souvent une seule partie en a besoin », explique le responsable marketing.

Avec son drone, Abelio promeut « l’agriculture raisonnée » et l’utilisation réduite des pesticides

Prônant une innovation au service de l’agriculture raisonnée, la start-up a réussi à convaincre des agriculteurs de la France entière : « Nous avons des clients en Ariège, dans les Landes, en Seine et Marne ou encore en Charente Maritime », explique Nicolas Déjean.
Les agriculteurs choisissent l’abonnement qui leur convient et demandent à la start-up que le drone effectue un nombre précis de vols sur les parcelles. « Cela dépend de leurs cultures et de leurs besoins. Pour cela nous les guidons en mettant en place un planning de vol, effectué avec un télépilote qui réalise une prestation de services de surveillance régulière », précise-t-il.
Pour le moment, la start-up travaille avec une quinzaine de télépilotes qui gèrent les commandes des drones. « L’objectif de la saison prochaine est de doubler ce chiffre. » Pour cela, Abelio a lancé une campagne de crowdfunding. « C’est en bonne voie, de nombreux particuliers nous encouragent », indique Nicolas Déjean.

Léa Barrau

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.