Des militants écologistes se sont enchaînés, par le cou, au portail de l’hôtel de la région Occitanie pour protester contre le projet de plateforme logistique géante Terra 2, qu’ils jugent écocidaire.

terra 2 région Occitanie
Des militants se sont enchaînés au portail de l’hôtel de région pour protester contre le projet Terra 2 © ANV Cop 21

Depuis ce midi, une trentaine de militants écologistes sont réunis devant l’hôtel de la région Occitanie pour protester contre le projet de plateforme logistique Terra 2 et demander son abandon. Trois d’entre eux se sont même enchaînés au portail qui ferme l’entrée du bâtiment, à l’aide de gros cadenas passés autour de leur cou. Une action symbolique, conjointement organisée par plusieurs associations et collectifs de défense de l’environnement, pour tenter d’interpeler la région qui, depuis le 1er janvier dernier, à intégré l’organe décisionnaire sur ce projet (Smix).

« Nous espérons que la région change de cap, maintenant qu’elle a les moyens d’intervenir, et qu’elle réoriente l’aménagement de cette zone d’activité vers un projet qui ne soit pas écocidaire. Il faut développer des projets d’agroécologie ou de maraîchage bio, par exemple, qui soient respectueux de l’environnement et qui favorisent la relocalisations de l’économie », revendique Mélanie, une militante d’ANV-COP 21, l’une des associations impliquées dans l’action du jour.

E-commerce et artificialisation des sols

Les militants à l’origine de cette action Stop Terra s’inquiètent notamment que le projet de plateforme logistique participent de la promotion du e-commerce, un modèle économique qu’ils jugent contraire aux préconisations de la Conventions citoyennes et du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Par ailleurs, ces derniers regrettent, malgré les compensations souhaitées par la présidente de la région Carole Delga, que le projet TERRA participe de l’artificialisation des sols et de la « captation des terres agricoles », au détriment de l’agroécologie.