lundi 24 janvier 2022

Contact

spot_img
LifestyleCultureA Castelsarrasin, la pub se réclame de Firmin Bouisset

A Castelsarrasin, la pub se réclame de Firmin Bouisset

Connaissez-vous Firmin Bouisset ? Peut-être pas, mais ses dessins, c’est certain. Il a croqué, entre autres, le Petit écolier de Lu et le Pierrot du chocolat Poulain. Natif du Tarn-et-Garonne, cet artiste qui révolutionna la pub a désormais un espace muséal à Castelsarrasin.

Espace Bouisset
© Tarn et Garonne Tourisme

Il est le père du Petit écolier de Lu et de la petite fille du chocolat Menier, celle qui écrit sur les murs. Et ce, d’autant plus que Firmin Bouisset a pris ses propres enfants pour modèles afin de dessiner ces réclames.

Pionnier de la publicité au tournant du tournant du XXe siècle, Firmin Bouisset naît en 1859 à Moissac – « un crayon à la main », dira plus tard son père –, sur les berges du Tarn, dans une modeste famille de meuniers. Il obtiendra le premier prix des Beaux-Arts de Toulouse et sortira diplômé de ceux de Paris. Devenu illustrateur de livres pour enfants, il approche la publicité en dessinant sa fille Yvonne, 8 ans, qui devient “la petite Menier” en 1892. Puis ce sera au tour de son frère Jacques de prendre la pause pour les Petits Lu. La marque de fabrique Bouisset : un personnage unique et un message épuré.

Affiche Espace Bouisset
© Espace Firmin Bouisset

Un musée de papier

Depuis longtemps une association présidée par Annie-Claude Elkaim, autrice de “La pub, un jeu d’enfant !” aux éditions Privat, tentait de rendre ses lettres de noblesses à ce natif du Tarn-et-Garonne, jusqu’à constituer un fonds de 400 œuvres, souvent grâce à des dons. La consécration a eu lieu en juillet dernier avec l’ouverture de l’Espace Firmin Bouisset à Castelsarrasin, soit 200 mètres carrés, dans un hôtel particulier de briques roses restauré, nommé la Maison d’Espagne.

Sur des murs couleur chocolat et sous une lumière tamisée – les affiches s’abîment facilement –, dessins, pubs, peintures, gravures et esquisses ramènent en enfance. Une médiation permet différentes lectures : l’œuvre et la technique, mais aussi une mise en perspective… Car ce pionnier de la publicité moderne a fait des mineurs des prescripteurs avant l’heure, à l’aube de la société de consommation.

Devenu l’un des affichistes les plus en vue de la Belle Époque, versant dans l’Art nouveau, Firmin Bouisset ne cessa jamais de travailler, touchant à la gravure, la peinture et la lithographie.

Les enfants sont invités à s’y essayer lors d’ateliers et de stages : composer une affiche, apprendre la technique du tampon, de l’estampe… Le musée organise aussi des sessions hors les murs.

 

Face aux multiples crises, comment retrouver la sérénité ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d'un événement d'actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img