Des actions pour casser les clichés sur les quartiers

Initiatives citoyennes, cinéma, éducation… Le JT a sélectionné des bons plans et des actions pour casser les clichés sur les quartiers et montrer l’ouverture de ces derniers. 

Tour de France des initiatives citoyennes

clichés sur les quartiersDans le quartier de la Faourette, Solidarité Jeunesse Internationale est bien connue. Depuis 2004, l’association encadre des jeunes âgés de 9 à 17 ans pour mettre en place des projets citoyens. Aide aux plus démunis, ateliers pour devenir animateur sportif, sensibilisation à l’écologie à travers la collecte de déchets, les idées sont nombreuses. Des actions multiples, mais qui répondent toutes à une règle fixe : croiser leurs expériences avec celles de jeunes venus de toute la France, eux aussi porteurs de projets similaires. Ainsi, en avril dernier, les Toulousains se rendaient à Combs-la-Ville en Seine-et-Marne pour assister à un tournoi de foot organisé pour les Restos du cœur.

Quand l’université joue la carte de l’ouverture

Elle était perçue comme un espace fermé. Pour sa reconstruction, l’université Jean-Jaurès a voulu faire de son campus situé au Mirail un élément du quartier. Les architectes du projet ont travaillé à harmoniser le site. De la sortie du métro jusqu’à l’université, le béton, le mobilier, l’éclairage et les espaces végétaux sont désormais identiques. L’université se veut aussi plus accessible aux riverains. « Les clôtures qui entouraient le campus n’existent plus. En ouvrant l’espace, on offre la possibilité d’y circuler librement », souligne Nicolas Golovtchenko, vice-président de l’université et en charge de la reconstruction et du patrimoine immobilier.

Les Bobines Sauvages : du cinéma pour casser les clichés sur les quartiers

un cercle n'a pas de fin
clichés quartiers

Changer les représentations du quartier de la Reynerie par la fabrication d’images. C’est le concept de l’association “Les Bobines Sauvages”. Créée en 2011 par des passionnés de cinéma, l’association forme les jeunes adultes du Mirail aux techniques audiovisuelles. Les participants apprennent à construire reportages, émissions et documentaires radiophoniques, ou courts-métrages. L’an dernier, l’association se lançait dans une réalisation plus ambitieuse : l’histoire de trois jeunes confrontés aux stéréotypes lorsqu’ils décident de monter… une association ! Intitulé “Un cercle n’a pas de fin”, Les Bobines Sauvages veulent faire de ce long métrage, le premier d’une longue série.

Pour voir leur travail : www.reynerietv.com

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.