Mostafa Fourar, nouveau recteur de l’académie de Toulouse

L’académie de Toulouse connaît le nom de son nouveau recteur. Il s’agit de Mostafa Fourar, professeur des universités, ancien recteur de l’académie de Guadeloupe et candidat aux dernières législatives. 

mostafa fourar
Mostafa Fourar, le nouveau recteur de l’académie de Toulouse

Six jours après l’annonce du départ de Benoît Delaunay, parti rejoindre le cabinet du premier ministre Jean Castex, l’académie de Toulouse a déjà un nouveau recteur en la personne de Mostafa Fourar. Ce dernier a été nommé en Conseil des ministres ce mercredi 22 juillet. Il arrive de Guadeloupe où il occupait le même poste depuis le 14 février 2018.

Un lien avec Toulouse

Ce professeur des universités ne débarque pas en terre inconnue puisqu’il a obtenu un doctorat en mécanique des fluides à l’Institut national polytechnique de Toulouse avant de rejoindre la Lorraine en tant que directeur de recherches en énergétique. De 2004 à 2007, il est ensuite professeur des universités à l’Ecole supérieure des mines de Nancy, dont il dirige le département énergie et procédés industriels.

Une carrière prolifique

Après un passage à la tête du Centre d’enseignement et de recherche (CER) de l’Ensam (École nationale supérieure des arts et métiers) de Châlons-en-Champagne, il est nommé en en 2009, recteur de l’académie de La Réunion, chancelier des universités. De retour à Nancy en 2013, il y dirige l’Ensem (École nationale supérieure d’électricité et de mécanique) jusqu’en 2018 avant de s’envoler pour la Guadeloupe. Par ailleurs, Mostafa Fourar a effectué de longs séjours scientifiques à l’Institut français du pétrole et dans les universités américaines de Stanford et de Berkeley.

Engagement associatif et politique

Auteur d’un ouvrage pédagogique sur la mécanique des milieux déformables ainsi que de nombreuses publications internationales, il est fondateur et président de l’association “Dessine-moi un rêve”, qui œuvre pour l’ouverture sociale dans l’enseignement supérieur. En 2017, il était également candidat pour la première fois aux élections législatives dans la première circonscription de Meurthe et Moselle. Non encarté mais soutenu par deux partis de droite et du centre – Les Républicains et l’UDI – il était arrivé en quatrième position au premier tour avec 9% des voix.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.