Le télétravail au Conseil départemental : 302 agents concernés selon le premier bilan

En décembre 2018, le Conseil départemental a décidé d’instaurer le télétravail pour les agents de la collectivité volontaires, dont les missions le permettent. Une organisation adaptée aux nouvelles modalités de travail, ainsi qu’aux enjeux sociaux et environnementaux du territoire.

Depuis, 302 agents départementaux ont opté pour cette pratique, dont 83% travaillent depuis leur domicile et 17% depuis un tiers-lieu départemental. 108 places sont en effet proposées par la collectivité en Maisons des solidarités annexes, à la Médiathèque départementale et à l’antenne du Conseil départemental à Saint-Gaudens.

La grande majorité de ces agents sont issus des filières administratives (59%) et techniques (23%). 11% travaillent de le secteur social et médico social et 7% dans le secteur culturel.
On observe également un pourcentage élevé de femmes (72%), qui s’explique en partie par la forte proportion des femmes dans la collectivité (62% de femmes et 38% d’hommes).

La mise en place du télétravail permet d’une part d’améliorer les conditions de travail des agents et d’autres part de réduire les déplacements pendulaires sur l’agglomération toulousaine, confrontée à un haut niveau de saturation routière.

2100 agents sur le site de l’Hôtel du Département

Selon une enquête réalisée sur les modes de déplacement des agents, 67% vivent en dehors de Toulouse et le temps moyen de trajet est de 36 minutes, matin et soir.
Dans ce contexte, l’instauration du télétravail participe à l’amélioration des conditions de circulation mais également de la qualité de l’air et de vie dans l’agglomération.

Cette évolution s’inscrit dans le projet d’administration CAP’31, lancé par le Conseil départemental, au début du mandat. Ce projet, mené de manière participative par la collectivité, a pour objectif la transformation et la modernisation des pratiques de l’administration afin d’améliorer l’efficacité et la qualité des services rendus au public.

“Le Conseil départemental, en tant qu’employeur, souhaite être un élément moteur en Haute-Garonne sur les nouveaux modes d’organisation du travail, tels que le télétravail ou encore l’aménagement des horaires. Ils offrent de nombreux bénéfices, à la fois pour les agents, pour la collectivité et pour la société. En tant qu’institution, il est de notre responsabilité de montrer l’exemple sur ces nouvelles méthodes de travail” souligne Georges Méric.

(Source : communiqué de presse)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.