Une initiative toulousaine pour que les enfants n’aient plus peur de l’hôpital

Du 2 au 6 mars, l’Hôpital des Nounours ouvre ses portes, à l’université Toulouse III – Paul Sabatier pour lutter contre “l’effet blouse blanche” sur les enfants.

Hopital-nounours
©ACEMT

L’université Toulouse III – Paul Sabatier accueillera l’Hôpital des Nounours, du 2 au 6 mars (118 route de Narbonne, hall du bâtiment administratif). Organisé par l’ACEMT (l’Association des Étudiants en Médecine de Toulouse), cet événement a pour objectif de permettre aux enfants de se familiariser avec le monde médical et de lutter ainsi contre “l’effet blouse blanche” pour favoriser la relation soignant-soigné lors de futurs soins médicaux.
Ce projet est à destination des classes de grande section de maternelle et CP qui  viennent en sortie scolaire faire soigner leurs nounours dans cet hôpital factice. Les enfants sont présents pendant une demi-journée avec leurs peluches pour lesquelles ils inventent une pathologie. Ils suivent alors un parcours de soins et passent sur tous les stands.
À l’origine, le projet a été créé en Allemagne, en 2000, sous le nom de Teddy Bear Hospital, puis s’est diffusé dans de nombreux pays, dont la France par le biais de l’ANEMF (l’Association Nationale des Etudiants en Médecine de France). Aujourd’hui, 35 villes de France organisent un Hôpital des Nounours, dont les objectifs sont multiples :
• permettre aux enfants d’approcher le monde de la santé,
• donner aux enseignants l’occasion de faire une sortie scolaire gratuite, intégrée au programme pédagogique (découverte du corps, sensibilisation aux thématiques d’hygiène et de santé),
• amener les étudiantes et les étudiants à se familiariser avec le public pédiatrique dans le but d’acquérir de bons réflexes pour leur pratique future et leur permettre de mieux connaître les autres professions de santé avec lesquelles ils sont destinés à travailler.
Les semaines précédant et suivant la visite à l’Hôpital des Nounours, des binômes d’étudiantes et étudiants en médecine passent dans les classes pour préparer au mieux les enfants, répondre à leurs questions et voir l’évolution de leur vision du monde médical.

Source: communiqué Université Paul-Sabatier

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.