Face au durcissement de la grève, le CHU de Toulouse annonce un plan de renforcement des urgences

Alors que le mouvement social qui touche les urgences ne cesse de se durcir et commence à s’étendre aux établissements privés et aux autres services de santé, le CHU de Toulouse vient d’annoncer un plan de renforcement pour faire face à la crise.

Urgences en colere

“Le service d’urgences connait un accroissement annuel d’activité de 5%, qui explique une charge de travail croissante et l’épuisement des équipes”, reconnaît d’abord le CHU de Toulouse. Au terme d’une concertation large, réalisée par le biais de groupes de travail et de rencontres avec les professionnels, un plan de renforcement a donc été présenté aux équipes et à la Commission médicale d’établissement, et adopté par le directoire.

Rompre avec la logique de flux

Les engagements de l’établissements sont articulés autour de quatre axes :

-Faire évoluer le projet «Marche en avant» pour permettre aux équipes des urgences, riches de leur expertise médicale et soignante, de coconstruire un projet de prise en charge globale du patient et de passer le pic hivernal
-Rompre avec la logique de flux pour mettre en œuvre un parcours du patient accueilli en urgence, fluide et accéléré tant au sein, qu’à l’extérieur des services d’urgences
-Faciliter l’exercice et promouvoir l’attractivité des carrières aux urgences. Garantir l’expertise des professionnels qui y exercent pour construire des équipes pérennes autour du patient
-Renforcer l’organisation hivernale des urgences pédiatriques et des services d’aval de l’Hôpital des Enfants

Dans l’attente de solutions alternatives au niveau national

“Le plan de renforcement des urgences apporte des réponses pérennes, à l’issue d’échanges engagés avec les professionnels des urgences, pour préserver la qualité et la sécurité des prises en charge des patients” assure le CHU. Son impact sur l’aspect financier est évalué à 4 millions d’euros, dont 2,7 millions intégrés au sein du budget de l’établissement, soit un effort supplémentaire de 1,3 millions d’euros.

“Il a vocation à soutenir les urgences, jusqu’à ce que les orientations portées par le plan national «Ma Santé 2022» et par le «Pacte de refondation des urgences», apportent des solutions alternatives pour des prises en charge qui ne relèvent pas d’un service d’urgences hospitalier, en lien avec la médecine de ville”.

 

(Source : communiqué de presse CHU Toulouse)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.