La Banque Alimentaire de Toulouse alerte sur la précarisation croissante des plus fragiles

Mobilisée depuis le début du confinement, la Banque Alimentaire de Toulouse et sa région alerte sur la précarisation croissante des plus fragiles et sur l’ampleur des besoins à combler. Avec un passage depuis le 16 mars de 100 à 170 tonnes de denrées distribuées et de 12 000 à 20 000 bénéficiaires par semaine, la mission ne s’arrêtera pas au 11 mai.

Banque_Alimentaire
©-photka

La Banque Alimentaire (BA) de Toulouse et sa région est l’association des associations. En temps normal, elle fournit 95 d’entre elles, à Toulouse mais aussi dans toute la Haute-Garonne, en Ariège et dans le Tarn-et-Garonne. Depuis le début de la crise, ce sont 25 nouvelles associations qui ont rejoint les plus anciennes. Aujourd’hui, les efforts de tous permettent de subvenir aux besoins fondamentaux de l’extrême majorité des personnes fragiles de Toulouse et sa région.

80 000 repas par semaine

En concertation, et en collaboration avec les différents services de l’Etat et des collectivités
territoriales (préfecture, Service Intégré d’Accueil et d’Orientation, Conseil départemental, Ville de Toulouse, Crous…) et les associations d’aide sociale, la Banque Alimentaire a déployé une force de distribution au plus près des personnes dans le besoin :
– Plus de 1 200 colis alimentaires (denrées pour une semaine) sont préparés et livrés hebdomadairement aux étudiants isolés de Toulouse, à la demande du Crous Toulouse-Occitanie, sur six campus toulousains.
– 800 personnes hébergées en hôtels par le Service Intégré d’Accueil et d’Orientation, sont livrées deux fois par semaine par la Banque Alimentaire, à la demande de la préfecture de Haute-Garonne.
– 1 500 personnes vivant en squat et bidonvilles (identifiées par les services sociaux) sont également livrées plusieurs fois par semaine, sur demande de la préfecture.
– Cinq points de livraisons supplémentaires pour distribution de colis alimentaires ont été mis en place, dans la ville de Toulouse, pour pallier les distributions des associations et épiceries sociales fermées.
En parallèle, les commandes à retirer au dépôt et les livraisons des associations partenaires
de la BA sont toujours assurées du lundi au vendredi et ont largement augmenté.

L’élan de générosité locale se poursuit

Aujourd’hui, la Banque Alimentaire de Toulouse fonctionne grâce au plus de 50 nouveaux bénévoles qui ont rejoint ses rangs depuis le début de la pandémie. Tous se sont unis pour répondre à l’appel des plus fragiles et à leur volonté d’être utile.
En parallèle, de nombreuses entreprises de Toulouse et de sa région ont souhaité s’engager auprès de la Banque Alimentaire afin de proposer des camions frigorifiques, des boissons, des fruits, des produits du terroir… Sans oublier les donateurs habituels que sont les grandes surfaces, alors même qu’elles sont souvent partiellement démunies à cause des réserves effectuées en nombre par leurs clients.

L’état vient au secours de l’aide alimentaire sur tout le territoire…

Jeudi 23 avril, le gouvernement a annoncé un plan de soutien d’urgence de 39 millions d’euros pour l’aide alimentaire avec 25 millions d’euros pour soutenir les associations afin d’acheter des produits de première nécessité et de faire face aux dépenses engendrées par la gestion de la crise ; 14 millions d’euros d’aide d’urgence alimentaire pour des territoires en souffrance : 10 millions d’euros distribués sous forme de chèque d’urgence alimentaire (dispositif géré par les préfectures sur le même modus operandi que pour les chèques service) notamment pour la région Occitanie. La répartition de ces aides n’est pas encore connue à ce jour.

… et reconnaît le rôle des Banques Alimentaires

La loi du 25 avril 2020 de finance rectificative pour 2020, publiée au JO du 26 avril 2020 précise : « Pour soutenir les associations d’aide aux plus démunis, notamment les banques alimentaires, les sénateurs ont relevé à 1000 euros le plafond des dons des particuliers ouvrant droit à réduction d’impôt (au lieu de 552 euros) ». Cet article reconnaît donc le rôle majeur des Banques Alimentaires au niveau national et local. Pour préciser les termes de la loi, il convient de dire que pour la partie du don inférieure ou égale à 1 000 euros, la réduction d’impôt est de 75 % du montant donné : pour la partie du don supérieure à 1 000 euros, le montant de la réduction d’impôt est de 66 % du montant donné et enfin que le montant cumulé des dons qui donnent droit à la réduction d’impôt ne peut pas dépasser 20 % du revenu imposable.

Tenir après le 11 mai, mais comment ?

Cependant, la situation est désormais critique. De nombreux bénévoles vont reprendre leur travail après le 11 mai, la générosité n’est pas inépuisable et les grands donateurs souvent limités dans leurs dons pour des raisons économiques. Aujourd’hui, les finances de la Banque Alimentaire sont largement entamées. En effet, l’acquisition de matériels de protection, les transports exceptionnels, l’acquisition de produits alimentaires et autres grèvent lourdement le budget de la BA. Elle a donc lancé une collecte en ligne, qui a déjà récolté 14 000 € de plus de 170 donateurs, preuve supplémentaire des élans de solidarité actuels.

A n’en pas douter, la Banque Alimentaire de Toulouse sera encore longtemps mobilisée pour « amortir les conséquences de cette crise dans les mois à venir », comme le souligne le Président de la Fédération des Banques Alimentaires, Jacques Bailet. Et la Banque Alimentaire de Toulouse et sa région aura besoin d’aide financière et de dons.

Source: communiqué de la Banque Alimentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.