dimanche 24 octobre 2021

Contact

DossierSens dessus-dessous : du cinéma parlant pour les sourds

Sens dessus-dessous : du cinéma parlant pour les sourds

L'association Sens Dessus-dessous s'engage auprès des festivals de cinéma toulousains pour rendre le 7e art accessible à tous. Adaptation de films ou sensibilisation à l'accueil du public, les bénévoles promeuvent autant la culture cinéphile que la rencontre entre sourds et entendants.

En 1927, les cinéphiles découvrent les premiers films "parlants". Plus qu'une simple évolution technique, c'est une révolution qui mettra involontairement à distance une partie des spectateurs : la communauté sourde. Sens Dessus-dessous, une association qui réunit sourds et entendants, s'est donnée pour mission de rendre le 7e art accessible aux premiers. « Nous travaillons autour de trois axes : adapter les films, développer et diffuser le cinéma dit "pi" sourd, c'est-à-dire des productions dont le thème est en rapport avec la culture sourde ou qui sont réalisées par des sourds et, enfin, multiplier les espaces de rencontre et d'expérimentation entre sourds et entendants autour du cinéma. Nous espérons surtout faire germer chez les sourds l'idée que le cinéma leur est accessible, pour qu'ils puissent s'approprier une vraie culture cinéphile », détaille Corentin Charpentier, le président de l'association.

Pour atteindre cet objectif, Sens Dessus-dessous accompagne en priorité des événements déjà existants comme Cinélatino ou les soirées mensuelles des Vidéophages. Ses membres, tous bénévoles, réalisent, entre autres, des versions sourdes et malentendantes" (VSM), un sous-titrage particuli...

Ceci est un contenu Premium

Veuillez vous connecter ou vous abonner pour découvrir l’info toulousaine autrement.

 

spot_img

Face aux multiples crises, comment retrouver la sérénité ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d'un événement d'actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img