vendredi 4 décembre 2020
Economie Nouvelles priorités pour la Fnaim Midi-Pyrénées

[Eco] Nouvelles priorités pour la Fnaim Midi-Pyrénées

CENTRALISATION. Actuel président de la Fnaim Midi-Pyrénées, Samuel Sotum a pris ses fonctions en janvier dernier. Il fait l’état des lieux du secteur de l’immobilier régional et précise les nouvelles orientations de la Fédération.

 

Samuel Sotum, quelle est la situation du marché et de l’activité de l’immobilier en Midi-Pyrénées ?

Avec la nouvelle loi Pinel, le neuf, qui concerne essentiellement l’investissement et donc la défiscalisation, le marché se porte un peu mieux sur le début de l’année 2015, mais nous ne sommes pas aux résultats de 2009-2010 engendrés par la loi Scellier. On note encore une pénurie de constructions et la commercialisation de logements n’atteint pas les objectifs annoncés. Concernant l’ancien, les résultats ne sont pas bons. Enfin, la gestion et l’administration de biens ont connu des soucis avec la loi ALUR. En résumé, on observe un petit sursaut d’activité mais pas de quoi se réjouir encore (voir encadré).

 

Vous avez pris vos fonctions de président de la Fnaim Midi-Pyrénées depuis janvier, quels sont les dossiers que vous jugez prioritaires ?

Tous car l’ancienne présidence n’a rien mis en place durant son mandat… Je souhaite donc accroître la visibilité médiatique et institutionnelle de la Fédération dans chaque département, mais aussi augmenter l’attractivité des adhérents et les rapprocher dans le but de créer des synergies. De même, il me paraît important de développer les échanges entre les agences départementales. Au final, je veux essayer de gagner des parts de marché sur les particuliers à particuliers.

 

Le fil rouge de votre mandat restant la qualité des services auprès des clients…

En France, les clients sont de plus en plus exigeants et demandent toujours plus de compétences car ils sont désormais informés via internet. Ainsi, on ne peut plus se permettre de ne faire que rentrer des mandats (biens confiés par un vendeur à un agent immobilier, ndlr), il faut également savoir rédiger un sous-seing, des baux, dispenser des conseils juridiques… bref, amener une valeur ajoutée à ce que le client sait déjà, en formant les professionnels à de nouvelles compétences permettant de sécuriser l’achat du client.

 

Vous proposez de regrouper les agents immobiliers autour du partage de leurs mandats exclusifs et de centraliser les données descriptives des ventes. Comment ?

Nous avons mis en place en Haute-Garonne un outil permettant de dresser un référencement des biens vendus qui s’appelle le « Marqueur » et qui permet d’établir une liste des prix en fonction des quartiers, des prestations, de la typologie du logement, de son exposition, etc. L’objectif est donc d’étendre ce marqueur à toute la région sur un fichier commun de mandats exclusifs (confiés à une seule agence pour éviter des prix différents pour un même bien) et de les diffuser à tous les cabinets en ayant besoin. Ainsi, les agents auraient la possibilité de travailler ensemble, de disposer de prix au m² ajustés sur la réalité du marché, quartier par quartier. Ceci pour faciliter leur travail, pouvoir proposer les prix les plus justes aux clients et pour garantir une réactivité sur une vente.

 

Vous souhaitez également développer les relations inter-cabinets d’un département à l’autre…

Tout à fait ! Aucun échange entre départements n’existe pour l’instant, cela ne peut plus durer. Je veux créer des liens entre les agents pour qu’ils puissent intégrer un vrai réseau et travailler ensemble. De même, je souhaite que les accords-cadres négociés en Haute-Garonne (coût de fonctionnement pour les cabinets par exemple) puissent bénéficier aux chambres de tous les départements où la force de frappe est moindre et mutualiser les moyens afin que toutes puissent prétendre aux mêmes avantages.

 

Quelles sont donc les priorités de la Fnaim Midi-Pyrénées pour 2015 ?

Ma priorité est d’abord d’aller sur le terrain, de rencontrer toutes les chambres départementales puisque cela n’a jamais été fait depuis trois ans. Ensuite, il est indispensable de mettre en place le fameux « marqueur », et enfin de mener à bien une véritable campagne de communication.

 

 

Le logement en Midi-Pyrénées (2014)

  • 19 900 mises en chantier (9.5%)
  • 4 880 réservations à la vente (-3.3%)
  • 33 267 ventes de logements anciens (-1.8%)

 

Severine Sarrat
Au journal depuis 2008, elle en connaît tous les rouages. D’abord journaliste polyvalente, puis responsable des pages économiques, elle est aujourd’hui rédactrice en chef.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport