mardi 3 août 2021

Contact

CultureSéance de rattrapage : la danse orpheline à Toulouse

Séance de rattrapage : la danse orpheline à Toulouse

 

Coup d’arrêt. Le projet de la Cité de la danse repoussé aux calendes grecques ? Alors que le projet traine depuis 10 ans, la démission de la directrice du Centre de développement chorégraphique de Toulouse a jeté un pavé dans la marre.

Portée par le Centre de développement chorégraphique de Toulouse, le projet de la cité de la danse a émergé il y a plus de 10 ans à Toulouse. Annie Bozzini, directrice du CDC, a présenté ce projet dans le cadre de la candidature de Toulouse pour devenir Capitale européenne de la culture. Jean-Luc Moudenc, alors maire, inscrit la Cité de la danse dans son programme aux municipales de 2008. Toulouse perd et Jean-Luc Moudenc aussi… Mais les discussions se poursuivent avec la nouvelle majorité menée par Pierre Cohen. Le maire socialiste finit par valider le projet de la Cité de la danse à La Grave. Le lieu avait fait l’objet de plusieurs propositions par le CDC : d’abord à la prison Saint-Michel, en 2002, au Théâtre des Nouveautés en 2004, avant de statuer sur La Grave en 2008. Aux dernières élections municipales, Jean-Luc Moudenc remporte la mairie, avec dans son programme l’idée de réaliser le projet. Mais en septembre dernier, il jette un froid dans le milieu de la danse en affirmant que la Cité de la danse n’était plus d’actualité à La Grave, pour des raisons d’économies budgétaires. Echaudé, le CDC lance une pétition pour soutenir le projet qui est signé par plus de 3000 signatures. Le texte rappelle l’importance de la Cité de la danse pour Toulouse : « Sans un équipement qualifié et dédié pour la danse, cet art ne pourra se développer harmonieusement et la rencontre avec les publics sera une fois encore différée ». Le projet prévoyait en effet de créer une scène pouvant accueillir 30 000 spectateurs par an, mais aussi des équipements pour les compagnies de danse et pour les cours. Pour voir une telle cité aboutir, le CDC est prêt à faire des concessions sur lieu : « Si le site de la Grave est complexe et conditionne des investissements sans doute difficiles à supporter aujourd’hui pour l’économie de la Ville, nous demandons au Maire d’étudier une autre solution ». Mais la municipalité n’a pas encore avancé d’autres propositions…  », a confié Francis Grass, adjoint à la culture, à nos confrères de Actu côté Toulouse, « Doit-on d’ailleurs ajouter un lieu de plus dédié à la danse et notamment une salle de diffusion alors que nous avons déjà sur l’agglomération plusieurs lieux de diffusion tels que la Casino Barrière, Odyssud et le théâtre du Capitole? Ce projet n’est-ce pas d’abord envisager une meilleure utilisation des lieux actuels? ». Des interrogations qui ne prédisent rien de bon pour la Cité de la danse… De guerre lasse, la directrice Annie Bozzini a annoncé son départ du Centre de développement chorégraphique. Elle quittera ses fonctions en début d’année 2016. En attendant, la Cité de la danse reste en suspens.

 

Travail : Comment mettre le sexisme au placard ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img