Premier roman de la toulousaine Maylis Adhémar : une chronique fascinante de la bourgeoisie ultra catholique

Nicolas Belaubre
10 août 2020 - 09:30

Commentaires

On 11 octobre 2020 - 18:43 at 18 h 43 min, EMMANUEL COURTIAL said:


J'ai lu ce livre avec d'autant plus d'intérêt que j'appartiens à ce fameux milieu "catholique intégriste", source de tant de fantasmes et de clichés. Le roman de Maylis Adhémar les alimente allègrement, et ne correspond pas à la diversité de cette mouvance qui forme avant tout une communauté humaine, avec ses qualités et ses défauts.
Cette malheureuse jeune femme a sans doute joué de malchance pour cumuler à ce point tous les poncifs. L'évolution du récit fait sourire tant le contraste est appuyé entre les abominables tradis, dont pas un ne peut racheter l'autre, et les gentils "non-tradis" parés de toutes les qualités. Sans doute faut-il chercher la clé du succès de ce livre dans cette offrande aux bouffeurs de tradis, trop heureux de pouvoir s'appuyer sur un récit largement autobiographique pour se conforter dans leurs partis-pris.
Bien sûr, il est tout à fait possible que l'auteure ait souffert dans son enfance. Mais on ne guérit pas de ses blessures, me semble-t-il, par la caricature. En allant jusqu'à présenter ce milieu comme un nid de militants violents, qui n'hésitent pas à verser le sang délibérément.
"Réaliste" cette chronique, dites-vous, Monsieur ? Et comment le savez-vous ? L'avez-vous personnellement fréquenté ? Ou bien le livre vous dit-il simplement ce que vous avez envie d'entendre ? Le milieu "intégriste" présente un visage social très varié où se côtoient artisans, paysans, employés, cadres, militaires et civils, fonctionnaires, entrepreneurs, infirmières, médecins, jeunes et retraités, bref des gens ordinaires pour la plupart. Et qui ne se reconnaîtraient pas dans les élucubrations de Madame Adhémar. Il ne comprend pas que des saints-cyriens et des bourgeois coincés. Et ne compte aucune milice de nervis qui assassinent de sang froid. Il présente son lot de prétentieux, d'imbéciles, d'esprits étroits, de vieilles bigotes insupportables, d'esprits aigris et excessifs. Mais vous en croisez probablement à votre insu bien souvent, sans imaginer un seul instant que cet individu normal et sympathique puisse être un abominable intégriste ! Je vous assure que ce milieu abrite de nombreuses personnes aimables, cultivées, ouvertes d'esprit, bienveillantes, appréciées de leur entourage social et professionnel.
Grand lecteur, je ne vois pas ce qui, dans ce roman, peut soulever l'enthousiasme. La trame manichéenne, l'absence de nuances dans la présentation des caractères, et la simplification outrancière des portraits plaident essentiellement pour l'expression d'un règlement de comptes familial, exposé sur la place publique.
Les personnages ridicules, mis en scène par Maylis Adhémar, existent à l'unité, ici ou là, ni plus, ni moins que dans d'autres milieux. Ils ne représentent pas la généralité de l'espèce. Vous, journalistes, détestez les amalgames, les généralisations, insistez souvent pour qu'on n'assimile pas des extrémistes à l'ensemble d'un groupe humain ou religieux. Mais lorsqu'il s'agit des intégristes catholiques, la règle n'a plus cours ! On peut taper gaiement, et d'autant plus sereinement qu'on ne risque rien ! L'auteure exploite un filon porteur, tout en exerçant sa vengeance sur un milieu qu'elle exècre. Facile et pitoyable.
Rejeter un milieu, pourquoi pas. Le salir délibérément et sciemment, voilà qui ne grandit pas cette pauvre Maylis que je plains de tout mon cœur. Je lui souhaite de trouver dans le magnifique univers "non-tradi" le bonheur et l'épanouissement que rencontre Sixtine dans son livre.
Ce qui est finalement le plus lamentable dans ce roman, c'est qu'une grande maison d'édition offre sa vitrine à une auteur qui connaît si mal la nature humaine, et ne parvient même pas à la mettre en scène de manière crédible. Il n'était même pas nécessaire de préciser qu'il s'agissait d'un premier roman. Pour un coup d'essai, on ne peut toujours réaliser un coup de maître. Même en hurlant avec les loups.


Your reply will be revised by the site if needed.

On 18 octobre 2020 - 14:47 at 14 h 47 min, Ghislaine ANTON said:


Je voudrais simplement rappeler à Emmanuel Courtial que Maylis a écrit un ROMAN et qu'un roman n'est pas un documentaire. C'est sans doute la douleur que vous avez ressentie, parce qu'elle appuie là où ça fait mal, qui vous l'a fait oublier...
Quant à votre mépris affiché, vous dites:" cette pauvre Maylis que je plains de tout mon coeur", vous utilisez les adjectifs "facile et pitoyable", cela montre bien que vous n'avez aucune ouverture d'esprit et que vous vous permettez de la mal juger, sans doute parce que vous vous estimez tellement supérieur. Sans même vous en rendre compte, vous offrez l'exact reflet des personnages du roman, ceux qui voulaient tout décider à la place de Sixtine, endoctrinés par leur fanatisme, ces personnages que l'on pouvait voir comme étant très caricaturés et bien, grâce à vous, on voit que le trait n'a pas été exagéré.
Pour finir je vous rappellerai l'adage: la bave du crapaud n'atteint pas la blanche colombe...


Your reply will be revised by the site if needed.

On 2 décembre 2020 - 19:08 at 19 h 08 min, Cibou said:


J'ajouterai qu'Emmanuel Courtial semble être un homme, ce qui dans ce milieu tradi a quand même son importance, les ressentis ne sont sans doute pas les mêmes... Et comme vous le dites si bien, son commentaire est le reflet de l'estime qu'ont les hommes des femmes dans ce milieu !

Au contraire, je dirai moi un grand bravo à Maylis pour ce premier roman (Premier ? Vraiment, bravo !).
J'ai eu la chance de grandir dans un milieu plus ouvert, mais j'ai souvent, dans mon enfance, côtoyé des personnes évoluant dans le milieu catholique intégriste... Et Maylis décrit si bien ce qui me paraissait incompréhensible de la part de mes amis de cette époque (et encore aujourd'hui!) : l'endoctrinement, l'obsession de dieu, la culpabilisation, les interdits, la limitation intellectuelle (tout ce qui est profane n'a qu'un seul but, détourner du droit chemin !) Je me souviens du père d'un ami d'enfance persuadé qu'Harry Potter était un livre satanique. Oui, oui, on peut en arriver là...

Merci Maylis Adhémar pour cette lecture qui me laissera des souvenirs.


Your reply will be revised by the site if needed.

On 31 octobre 2020 - 19:44 at 19 h 44 min, briand said:


Ce n'est pas un roman, mais un reportage. Je connais aussi très bien ce milieu.


Your reply will be revised by the site if needed.

On 6 novembre 2020 - 18:35 at 18 h 35 min, JACQUES MARTINEZ said:


je trouve ce roman très bien écrit et qui rappelle qu'il n'ya a pas que dans la religion d'Allah qu'il y a des "tradis" purs et durs qui interprêtent , à leur guise , les textes sacrés et ne font aucune compromission


Your reply will be revised by the site if needed.

On 29 novembre 2020 - 10:22 at 10 h 22 min, Jean Pierre Tamine said:


A voir ses photos-portraits, elle n'a pas l'air d'avoir besoin de votre pitié. Et à lire certains passages, elle me semble plutôt épanouie? Ne vous en déplaise Monsieur Courtial?


Your reply will be revised by the site if needed.

On 5 février 2021 - 17:20 at 17 h 20 min, Jehanne said:


Partout ou il y a de l'homme il y a de l'hommerie... et les mouvements traditionalistes ne font pas exception à ce constat. Pour autant on ne peut tirer, à partir de vécus personnels, des conclusions universelles. J'ai vécu aussi dans ce milieu, j'en connais les limites et les failles et plus précisément que beaucoup ! pour autant je ne peux que constater que le roman de Maylis Adhémar dépassera son intention initiale par la récupération perverse de ceux qui ont le mors aux dents envers la société française et catholique qui a prouvé pendant des siècles qu'elle était civilisatrice et respectueuse d'un ordre et d'une liberté que l'on a du mal à retrouver depuis qu'on l'accable.


Your reply will be revised by the site if needed.

On 18 mars 2021 - 18:08 at 18 h 08 min, Marek said:


Justine ou les malheurs de la vertu. Pauvre héroïne, qui ne supportait pas les caresses de son mari saint-cyrien mais s’est consolée chez les hippies du côté de Séverac le Château en fumant des chichons. Maylis, et pas Mélisse, az t-elle un talent littéraire ? Ses interviews sont laborieuses.


Your reply will be revised by the site if needed.

On 19 mars 2021 - 12:01 at 12 h 01 min, Marcos said:


L’auteur(e) sur Facebook nous explique qu’elle a fait la connaissance de ces milieux catholiques traditionnels au cours d’une enquête dont on l’avait chargée sur leurs écoles dans le Sud-Ouest. Quelque chose comme « les Infiltrés » de Pujadas. L’héroïne de son bouquin ce n’est pas elle. Ce n’est pas du vécu.


Your reply will be revised by the site if needed.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.