[Dossier] L’industrie du rêve en Midi-Pyrénées

Photo issue du film ‘‘Amour et Turbulences’’ d’Alexandre Castagnetti, tourné à Blagnac en 2012. ©DR
Photo issue du film ‘‘Amour et Turbulences’’ d’Alexandre Castagnetti, tourné à Blagnac en 2012. ©DR

CA TOURNE. Les acteurs du cinéma sont nombreux dans la ville rose. Ils sont plutôt derrière l’écran que devant, mais ils font vivre un secteur à la fois culturel et économique important. La région est une terre de tournage attractive pour les réalisateurs de tout genre. Zoom sur un microcosme hyperactif.

Midi-Pyrénées est une terre de cinéma, et une terre de cinéphiles. Des réalisateurs parisiens viennent régulièrement tourner dans nos contrées : « Ils recherchent particulièrement des paysages de campagne isolée ou des petits villages médiévaux bien conservés, dans le Sud de la région, c’est évidemment les Pyrénées qui attirent les réalisateurs », mentionne Justine Bottero, qui travaille au bureau d’accueil des tournages de Midi-Pyrénées (BAT). Parmi les sorties récentes, le village d’Aulon dans les Hautes-Pyrénées a servi de décor pour le film ‘‘Un village presque parfait’’ avec Didier Bourdon et Laurent Deutsch. Quasiment tout le film est tourné dans ce petit bourg loin de tout, nommé Saint-Loin-la Mauderne dans l’histoire, où les habitants doivent convaincre un médecin parisien branché de s’y installer… L’endroit était bien trouvé. C’est le BAT qui est chargé de trouver les lieux de tournage, entre autres missions : « Nous avons un rôle d’assistance et de logistique », résumeJustine Bottero. Plus de 4000 décors sont recensés sur le territoire : publics, privés, naturels, bâtis, friches industrielles, châteaux, paysages… Il y en a pour tous les besoins. Le BAT établit également le lien avec « les professionnels locaux, techniciens, comédiens, figurants, afin de favoriser l’emploi dans la région », précise-t-elle. C’est l’une des conditions pour obtenir une aide financière de la Région, embaucher parmi le vivier local. Près de 300 techniciens, tous corps de métiers confondus, exercent en Midi-Pyrénées. Ils peuvent être amenés à travailler aussi bien sur des grosses productions que sur des projets plus confidentiels.

« Aujourd’hui, il y a beaucoup de façon de faire des films »

Parmi tous les tournages réalisés dans la région, le style le plus prisé est le court métrage. En 2014, sur 37 projets tournés en Région, on compte 17 courts-métrages, 9 documentaires pour la télévision, 6 longs-métrages et 2 séries (Chiffres de la Commission du Film Midi-Pyrénées). Quasiment délaissé, le long-métrage nécessite une réalisation plus compliquée et plus coûteuse. En revanche, le court-métrage a davantage de difficulté à se faire connaitre du grand public. De multiples associations spécialisées tentent de faire connaitre ce genre. A Toulouse ‘‘Les Vidéophages’’ organise toute l’année diverses manifestations afin de dévoiler toute cette production régionale, tandis que le festival Séquence court métrage s’intéresse davantage aux réalisations nationales voir internationales. « Aujourd’hui, il y a beaucoup de façon de faire des films, avec des appareils photo, des petites caméras… Nous choisissons aussi bien des courts-métrages amateurs, professionnels, issus des écoles toulousaines comme l’Esav, ce peut être des documentaires, des fictions… », énumère Delphine Jouve, membre fondatrice des Vidéophages. La production dépasse de loin les chiffres déclarés par la Région, qui ne comptabilise que les projets subventionnés. Visionner et sélectionner les films pour les divers évènements de l’association (comme le festival Faites de l’image, les projections itinérantes…) est un travail de fourmi. L’an dernier, l’association a organisé 163 actions. Objectif : faire découvrir un autre cinéma que celui des salles Gaumont.  Cette passion, on la retrouve à la Cinémathèque de Toulouse, qui une fois par mois, consacre une soirée à la production locale, tout type de projet confondu (en partenariat avec la Région) : « C’est à la fois une vitrine importante pour ces films, et un lieu de rencontres pour tous les acteurs locaux de l’audiovisuel », note Franck Lubet, chargé de programmation à la Cinémathèque.

Films et séries tournés dans la Région

– ‘‘Un village presque parfait’’ de  Stéphane Meunier,  avec Laurent Deutsch et Didier Bourdon (sorti en 2015). Le tournage a eu lieu en aout 2013 à Aulon (Hautes-Pyrénées).

‘‘ADN’’, de Thierry Obadia, avec Alexia Barlier, Philippe Nahon, Pascal J. Jardel (sorti en 2014). Le tournage s’est déroulé en juillet 2012 à Labarthe de Neste, Capvern, Izaux, Esparros, Lesponne (Hautes-Pyrénées), Toulouse, Gagnac sur Garonne (Haute-Garonne), Samatan (Gers).

– ‘‘La grande boucle’’, de Laurent Tuel, avec Clovis Cornillac (sorti en 2013). De juillet à septembre 2012, le tournage a fait escale à Foix (Ariège), Tarbes, Gavarnie, La Mongie (Hautes-Pyrénées), Toulouse (Haute-Garonne), Samatan (Gers).

– ‘‘Amour et Turbulences’’, d’Alexandre Castagnetti,  avec Ludivine Sagnier et Nicolas Bedos (sorti en 2013). Le film qui se déroule en grande partie dans un avion a été tourné à Blagnac en aout 2012.

– ‘‘On ne choisit pas sa famille’’, de Christian Clavier, avec Muriel Robin et Jean Reno (sorti en 2011). Le film a été tourné en mai 2011 à Blagnac.

– ‘‘La méthode Claire’’, de Vincent Monnet, avec Michèle Larroque. La série a été tournée en mai 2012 et en juillet 2013 à Toulouse.

 

 

La vie d’un projet audiovisuel

4-5.indd

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.