mercredi 2 décembre 2020
Culture Dieuzaide et Doisneau réunis au Château d’eau

Dieuzaide et Doisneau réunis au Château d’eau

En 1974, le photographe toulousain Jean Dieuzaide transforme le Château d’eau du quartier Saint-Cyprien en lieu dédié à la photographie. Premier du genre en France, il est inauguré avec les clichés de son ami, le célèbre Robert Doisneau. 40 ans plus tard, ils se retrouvent réunis dans ce lieu emblématique.

 

En créant le Château d’eau, Jean Dieuzaide a donné ses premières lettres de noblesse à la photographie. Par cet acte précurseur, elle devient un art à part entière. Choisir Robert Doisneau comme premier exposant est une évidence pour le Toulousain. D’abord en raison de leur amitié mais surtout parce qu’il a été « frappé de voir les photos de Doisneau maltraitées lors d’une exposition à la bibliothèque nationale », explique Dominique Roux, documentaliste du Château d’eau.

L’exposition « Doisneau / Dieuzaide, une amitié heureuse », a été conçue par Michel Dieuzaide, fils du photographe, avec un parti pris de départ : trouver dans les collections de chaque artiste les clichés qui se répondent. Les similitudes sont frappantes, et la petite mise en scène des photos n’aident volontairement pas à s’y retrouver. En effet, rien, au premier abord ne permet de distinguer lequel est l’auteur de telle ou telle prise de vue. Sur le côté des tableaux des petites étiquettes rouge et verte sont le code à suivre. Le guide des légendes distribué à l’entrée indique : « Pastille verte /Robert Doisneau, Pastille rouge/Jean Dieuzaide ». Ainsi on découvre comment deux paires d’yeux, exerçant dans des villes différentes (Paris et Toulouse) peuvent voir les mêmes choses. Saisir les mêmes instants.

 

 

Il faut dire que les deux amis sont le reflet d’une même époque, celle de « la photographie humaniste, du réalisme poétique », précise Dominique Roux. « Il n’y avait pas la volonté de montrer une analyse critique du monde mais plutôt d’être du côté du bonheur », poursuit-il. En effet, les thèmes reflètent une certaine joie de vivre : des enfants qui jouent, des cérémonies de mariage, la fête, le cirque, la musique… Les jours heureux, en somme.

Le Château d’eau est porteur de cette histoire. Jean Dieuzaide a dirigé lui-même ce lieu d’exposition pendant plus de 20 ans avant de céder sa place à son fils, Michel. Aujourd’hui, c’est Jean-Michel Lacabe qui exerce cette fonction depuis 12 ans. Au fil du temps, la galerie a su évoluer et s’adapter aux nouvelles tendances. « Michel Dieuzaide a fait la part belle aux photographies européennes et espagnoles, le président actuel met plutôt en avant les œuvres contemporaines et les approches plasticiennes de la photo », détaille le documentaliste. Si le Château d’eau est passé à l’ère de la couleur et des grands formats, il n’en oublie pas pour autant les fondamentaux, la photographie historique. Car si les murs ont une âme, celle du Château d’eau est en noire et blanc.

 

En chiffres : Environ 600 personnes sont venues assister à l’inauguration, mercredi 10 septembre dernier, et près de 2000 visiteurs ont été enregistrées depuis le début de l’exposition.

 

Infos pratiques :

Le Château d’eau

1 place Laganne

31300 Toulouse

05 61 77 09 40

Exposition ouverte du 11 septembre au 2 novembre 2014

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport