[Culture] Sur les traces de Violette Mirgue…

10421424_325198911014867_7204175794253804404_nEmmental. Il était une fois une souris du nom de Violette Mirgue qui nichait sous le toit du Capitole… Son fromage ayant mystérieusement disparu, elle mène l’enquête à travers les lieux les plus emblématiques de la ville rose.

Violette Mirgue est née sous le crayon de Marie-Constance Mallard, une ingénieure (en système d’information, dans l’aéronautique ndlr) dont la créativité n’a pas cédé à l’informatique… « Je n’étais clairement pas prédestinée à ça », lance-t-elle avec humour. « J’ai un fils allergique au lait : un jour, une amie illustratrice m’a lancé un « même pas cap d’écrire un livre sur le sujet? » Alors, on l’a fait pour un éditeur bordelais. Et puis tout s’est enchaîné, je crois que cela a été mon déclic, ça et un accident de voiture à cause de la fatigue. » Un job à responsabilités et trois enfants en bas âge, c’était trop ! En mars 2014, son premier ouvrage sort en librairie . Un mois plus tard, l’auteure en herbe quitte les murs de Sogeti qu’elle arpente depuis 9 ans. « Je plaque tout ! Et au mois de juillet, j’allais présenter les premières planches de Violette Mirgue aux éditions Privat. » L’éditeur la rappelle illico, avec une condition : que l’ouvrage sorte pour les achats de Noël! Littéralement emballée, Marie-Constance Mallard y met un point d’honneur : « je travaillerai jours et nuits s’il le faut mais ce sera prêt ! »

Une souris très « locale »

Tout est allé très vite pour cette artiste dans l’âme qui a toujours eu conscience de son côté manuel : « je griffonnais un peu, j’ai toujours été une touche-à-tout et une bricoleuse polyvalente à mes heures perdues… » Elle dit de sa façon de dessiner qu’elle n’est « pas très académique : je n’ai pas pris de cours, je fais comme je le sens, c’est un peu du bricolage mais c’est sûrement ce qui fait mon style… » Violette Mirgue est née de ces nombreuses étapes : des crayonnés très rapides, page par page, qui sont repassés au feutre lorsque le dessin satisfait son auteure. Ensuite scannées, ces ébauches sont alors coloriées via le logiciel photoshop. Un final qui ravit petits et grands. Pour preuve la file d’attente aux séances de dédicaces organisées un peu partout à Toulouse et en périphérie : « j’ai beaucoup de professeurs des écoles qui viennent me voir et souhaitent utiliser Violette Mirgue avec leurs élèves jusqu’en CM1, car la découverte de la ville est au programme.» Un outil pédagogique qui pourrait être utilisé notamment dans le cadre de rallyes photo dans la ville rose. Et cet aspect, notre illustratrice l’avait bien anticipé : « bon, à part la partie en avion, Violette Mirgue fait toute son enquête à pieds, on peut donc facilement suivre ses traces… » L’ouvrage qui met en lumière le Capitole, Saint Sernin, ou encore la cité de l’espace, le Canal du midi ou le muséum, se destine aux têtes blondes de 3 à 9 ans. Une tranche d’âge jusqu’alors orpheline d’ouvrage « découverte » de la ville rose. L’occasion d’intéresser les plus petits au patrimoine toulousain : « dès 3 ans, les enfants s’amusent à chercher les fromages et en avançant en âge, ils se prennent au jeu de l’enquête ». Sorti le 14 novembre, il y a fort à parier que l’album remplisse quelques hottes…

Une aventure de Violette Mirgue : mystère et fromage à Toulouse. Aux éditions Privat. 12,90€

 

La trilogie Violette Mirgue ?

On pourra retrouver Violette Mirgue dans un tome 2, déjà bien avancé, qui sortira en kiosque le 24 avril. Un nouvel opus qui pointera les bouleversements climatiques : l’enquêtrice en chef y découvrira les Pyrénées et aura pour mission de comprendre pourquoi l’ours ne s’est pas réveillé et de faire revenir le printemps. Quant au tome 3, il existe déjà dans l’imaginaire fleuri de Marie-Constance qui voit bien son héroïne plonger dans l’histoire de l’aviation, sous l’angle toulousain…

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.