[Culture] La rentrée rageuse d’« En attendant Septembre »

En attendant Septembre 2 crédit Ben Monié
Crédit : Ben Monié

Rock. Ces trois fans toulousains de « Noir Désir » seront à Bouloc le 13 septembre prochain pour distiller leur rébellion. Par Thomas Simonian.

 

Toulouse la rebelle est une terre qui a toujours aimé les artistes engagés. Dans la cité des « mémés qui aiment la castagne », un combo se démarque pourtant en prenant pour référence des Bordelais… Étrange, vous avez dit étrange ? Pas tant que ça, car les Bordelais en question sont très éloignés du fantasme bourgeois véhiculé par l’autre rive de la Garonne. Le trio « En attendant Septembre » ne camoufle donc pas son influence principale : « Au début de notre histoire, il y avait cette envie de se faire plaisir en rejouant les morceaux de Noir Désir ; on a cette honnêteté de dire qu’on ne vient pas de nulle part », nous explique Thomas (guitare/chant). Le décor est ainsi planté : « Noir Des’ c’est musicalement puissant, et chargé de sens dans les textes. Il y a toujours un engagement derrière. » Même le nom du groupe sonne comme un hommage à la bande de Bertrand Cantat. Rappelons-nous du sublime « Septembre en attendant »… Cette envie de « vrai rock » a finalement débouché sur de vraies compos et sur un premier album surprenant sorti en 2013: « Une expérience extraordinaire… Le studio c’est terrible ! Cela permet de prendre un recul énorme sur ta musique. » Il y a chez ces trois trublions l’envie énergique d’en découdre avec un système qui les rebute : « Nos textes visent toujours à dire quelque chose qui dérange. Ce qu’on n’entend plus trop aujourd’hui… Il n’y a plus vraiment de groupes estampillés de gauche ou de droite qui veulent faire réagir. C’est dommage ! Cela ne fait plus vraiment partie de l’attente musicale, de ce qui est distribué ou valorisé. La création doit pouvoir permettre de faire partager des messages », scande Thomas qui avance par ailleurs une vraie réflexion sur l’économie de la musique alternative : « Il y a un vrai retour en arrière avec une hyper-sélection de ce qui fonctionnera absolument. Et le reste, on ne s’en occupe pas… » Autre difficulté pour tout groupe aujourd’hui, celle de trouver des concerts : « C’est un taff à plein temps, une vraie galère. Les bars ne sont pas équipés ou ne peuvent plus programmer de peur de se voir attaqués par la municipalité… Quant aux salles, elles ne veulent plus prendre de risques en termes de programmation, crise économique oblige. »

 

« Derrière l’engagement, il y a toujours le plaisir »

 

De moins en moins de scènes envisageables pour les groupes locaux ; un paradoxe à l’heure où internet et les réseaux sociaux ont permis une multiplicité des moyens de diffusion : « C’est aujourd’hui comme ça qu’on arrive à se faire connaître. » Il y a quelques semaines, « En attendant Septembre » était en concert dans une salle bordelaise. La fortune est là… L’icône Cantat y traîne son mal être, « cinq minutes pour échanger et lui faire cadeau de notre album. » Fan, éternellement fan, malgré la triste destinée du leader de Noir Des’ : « Il faut savoir faire la distinction entre l’actualité de l’individu et sa qualité artistique. » Cantat, artiste maudit ? Sûrement. « Mais il n’a jamais été aussi bon qu’en ce moment », nous assure Thomas encore positivement « secoué » par le récent concert toulousain de Détroit, le nouveau projet de l’idole. Pour l’heure, « En attendant Septembre » continue sa route avec passion : « On croit en ce qu’on fait ! Le plaisir de jouer est là. » Et si les trois compères semblent attendre toujours autant ce mois de rentrée, ils n’attendent plus le talent. Ils l’ont déjà.

 

 

Le + pratique : Les fans de bruit et de fureur vont se donner rendez-vous le samedi 13 septembre au stade de Bouloc (31) pour le festival des « Maboul’Rock ». Outre « En attendant Septembre », voici la programmation : Dirty Fonzy, Mindgame, Go Baby Go et Betis. Entrée : 5 euros. On the web : bougebouloc.wordpress.com

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.